DIVERTISSEMENT
11/02/2016 04:48 EST

«Fragments d'humanité»: plonger dans l'archéologie québécoise à Pointe-à-Callière (PHOTOS)

Courtoisie

Afin de célébrer les 50 ans de découvertes archéologiques au Québec, le musée Pointe-à-Callière a imaginé une exposition unique levant le voile sur les débuts et l'avancement de notre histoire archéologique. Finement intitulée Fragments d'humanité, Archéologie du Québec, l'exposition - composée de pièces n'ayant pour la plupart encore jamais été présentées au grand public - parvient effectivement à rejoindre l'humain et l'histoire derrière chacun des objets présentés.

Creuser pour mieux comprendre

C'est la longue pirogue en pin datant du 15e siècle qui impressionne tout d'abord lorsqu'on entre dans la première salle de l'exposition Fragments d'humanité. Une pièce massive et remarquable donnant le ton à cette expo composée de 400 pièces retrouvées dans l'antre de nos terres québécoises au fil du temps. Des objets emblématiques, rares ou provenant de sites méticuleusement fouillés. Ici, l'histoire derrière chaque objet est racontée sur des panneaux colorés. Le passé, par fragments, reprend doucement vie.

Structurée en 4 zones distinctes (le début de l'aventure humaine au Québec il y a plus de 12 000 ans, les échanges entre Européens et Amérindiens, la vie quotidienne du 18e et du 19e siècles et l'archéologie subaquatique), l'exposition se targue d'être la toute première à mettre ainsi l'accent sur l'ensemble des collections archéologiques du Québec.

Si peu de gens sont au fait que le Québec, malgré une histoire archéologique datant d'à peine une cinquantaine d'années, loge 10 000 sites archéologues et plus de 6 500 connexions archéologiques, Fragments d'humanité s'applique à en révéler les secrets bien enfouis.

«Tout témoin matériel, si humble soit-il, nous informe sur la diversité de l'occupation de notre territoire, sur qui nous sommes et d'où nous venons, a expliqué Francine Lelièvre, directrice générale de Pointe-à-Callière. Seule l'archéologie nous permet de connaître la vie des premiers habitants du Québec, des Amérindiens et des Inuits, avant l'arrivée des Européens.»

Galerie photo «Fragments d'humanité»: plonger dans l'archéologie québécoise à Pointe-à-Callière Voyez les images

Des objets rares et un livre

Outre cette splendide pirogue vieille de 500 ans que l'on peut facilement qualifier de pièce maîtresse de cette exposition, plusieurs autres objets méritent tous les regards qui s'y attarderont. C'est le cas, par exemple, de la collection Bécancour – la plus ancienne collection archéologique canadienne - composée d'un assemblage de pointes de projectiles dont certaines pourraient dater de plus de 8 000 ans, de la collection Burger comprenant des objets dont certains datent de plus de 5 000 ans, de ces offrandes ayant accompagnées une riche sépulture amérindienne ou encore de ces réchauds et ces jarres retrouvés sur les sites basques et français de l'île du Petit-Mécatina en Basse-Côte-Nord.

En plus des images, des récits sonores et des vidéos venant ajouter un côté ludique à l'expérience, un livre aussi intitulé Fragments d'humanité a été réalisé en marge de l'exposition.

L'exposition Fragments d'humanité se tiendra du 13 février 2016 au 8 janvier 2017 à Pointe-à-Callière puis circulera ensuite à travers le Québec et le reste du Canada. Le livre sera disponible à la librairie du musée.

Pour plus d'informations, c'est ici.