NOUVELLES
11/02/2016 12:31 EST

Boom dans l'aide à domicile (VIDÉO)

Alors que la population du Québec vieillit et que le réseau public de la santé n'arrive plus à répondre à toutes les demandes de soutien à domicile, le secteur privé et les entreprises d'économie sociale prennent de plus en plus de place dans ce marché en pleine expansion, a constaté Radio-Canada.

Un texte de Jean-Philippe Robillard

Au cours des dernières années, au moins une centaine de nouvelles compagnies privées œuvrant dans le secteur des soins à domicile ont vu le jour au Québec.

C'est le cas de l'entreprise fondée par Olivier Champagne et son père Denis Champagne sur la Rive-Sud de Montréal.

« Le vieillissement de la population m'a donné l'idée de me lancer en affaires. »

— Olivier Champagne

Depuis qu'ils ont fondé leur entreprise, il y a un peu plus d'un an, leur chiffre d'affaires ne cesse de grimper. Pour Olivier Champagne, les changements démographiques et le contexte actuel dans le réseau de la santé avantagent les compagnies comme la sienne.

« Les coupures budgétaires favorisent une entreprise comme nous, la demande est très forte », a-t-il constaté.

« La population vieillit, ce sont des services qui sont de plus en plus en demande, appuie son père. Moins les CLSC offrent des services à la clientèle, c'est sûr que par ricochet, ça favorise notre entreprise à nous ».

Il estime lui aussi que le réseau public de la santé n'arrive plus à répondre adéquatement aux besoins des ainés, ce qui les amène à se tourner vers le secteur privé plutôt que d'attendre pour avoir accès à des services gratuits de leur CLSC.

« Ils veulent rester à domicile le plus longtemps possible. Ce qui fait qu'ils se tournent vers l'entreprise privée parce qu'avec le CLSC, ils font des demandes mais il peut y avoir un délai assez long. »

— Denis Champagne

Le responsable du développement des affaires à Soins à Domicile Montréal, Timothy Thomas, constate lui aussi que la situation dans les CLSC joue aussi en faveur de son entreprise.

« Dans les derniers quelques mois, le CLSC a coupé beaucoup de services et la demande a augmenté beaucoup, remarque-t-il. Les CLSC ont eu une restructuration. Avec ces changements-là, ils ont dû couper beaucoup d'heures qu'ils offrent aux personnes, mais aussi pour les nouveaux clients ou les ainés qui ont besoin de services ».

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo 6 mauvaises habitudes qui font vieillir Voyez les images