NOUVELLES
09/02/2016 06:08 EST | Actualisé 09/02/2017 00:12 EST

Wall Street ouvre en baisse, dans le sillage des autres places

La Bourse de New York a ouvert en baisse mardi, restant sur une tendance négative à l'unisson des Bourses européennes et japonaise déstabilisées par les inquiétudes pour la croissance mondiale: le Dow Jones perdait 0,48% et le Nasdaq 0,68%.

Vers 14H40 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average cédait 77,49 points à 15.949,56 points et le Nasdaq, à dominante technologique, 29,17 points à 4.254,59 points.

Très suivi par les investisseurs, l'indice élargi S&P 500 reculait de 10,13 points, soit 0,55%, à 1.843,31 points.

Lundi, Wall Street avait fini sur une chute prononcée, bien qu'atténuée en fin de séance, déjà plombée par les inquiétudes pour l'économie et la baisse des cours du pétrole: le Dow Jones avait cédé 1,10% à 16.027,05 points et le Nasdaq 1,82% à 4.283,75 points.

New York semblait plutôt mieux résister mardi que beaucoup d'autres places.

La journée boursière a en effet commencé sur un ton très négatif, avec la plus forte chute de l'indice Nikkei, 5,40%, depuis juin 2013 à Tokyo.

Les Bourses européennes sont à leur tour parties en baisse, celles de Milan et Lisbonne perdant plus de 3% tandis que celle de Paris s'enfonçait sous le seuil symbolique des 4.000 points pour la première fois depuis décembre 2014, notamment inquiète de la santé bancaire.

Les analystes de la maison de courtage Charles Schwab ont souligné que "la volatilité est exacerbée par les incertitudes sur le front monétaire", à la veille d'une audition parlementaire très attendue de la présidente de la banque centrale américaine Janet Yellen.

"Tout le monde attend de voir si elle peut donner un message antidouleur", analysait Patrick O'Hare, chez Briefing.

Mme Yellen pourrait préciser le rythme des hausses d'intérêt qu'elle prévoit, craignant qu'un nouveau resserrement monétaire dès le mois prochain entrave encore plus l'économie.

"Ce serait vraiment un peu bêta pour la présidente de la Fed d'exclure toute hausse des taux d'intérêt cette année, mais en même temps toute démagogie accommodante a le potentiel de donner un grand coup de fouet au marché des actions", assurait M. O'Hare.

Facteur supplémentaire d'inquiétude pour les investisseurs, les cours du pétrole restaient à la baisse mardi matin.

Le marché obligataire, qui avait nettement monté lundi, restait en hausse. Le rendement des bons du Trésor à dix ans s'affichait à 1,718% contre 1,756% lundi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,556% contre 2,584% précédemment.

chr/jdy/sha