NOUVELLES
09/02/2016 11:45 EST | Actualisé 09/02/2017 00:12 EST

Uruguay: le sélectionneur Tabarez salue le retour de Suarez

Le sélectionneur de l'Uruguay Oscar Tabarez s'est réjoui mardi, dans un entretien à l'AFP, du retour de la star Luis Suarez, après sa longue suspension pour morsure lors du Mondial-2014, rappelant son "important" rôle au sein de la Celeste.

"Nous attendions ce moment, il est maintenant arrivé", a souligné Oscar Tabarez, dénonçant encore une fois la "sanction injuste car excessive" infligée à l'attaquant du Barça, privé de neuf rencontres internationales après avoir mordu l'attaquant italien Giorgio Chiellini lors d'une rencontre de la phase de poule de la Coupe du monde au Brésil en juin 2014.

"Suarez est important, pour tout ce qu'il fait sur le terrain, pour les buts qu'il marque, pour les difficultés qu'il a su dépasser", a déclaré l'entraîneur de 68 ans, à la tête de la sélection uruguayenne depuis 2006.

"Chaque fois que Suarez venait en sélection, il apportait des choses apprises au niveau des clubs", s'est-il remémoré.

L'Uruguay a remporté trois matches lors des quatre premières rencontres de qualification pour le Mondial-2018, pour une défaite.

La Celeste reprendra sa campagne le 25 mars par un déplacement au Brésil, puis par la réception du Pérou le 29 mars.

Elle est pénalisée par une série de suspensions et blessures comme le capitaine Diego Godin (Atletico Madrid), Alvaro Pereira (Getafe) ou Martin Caceres (Juventus).

"Il y a des alternatives possibles à tous les postes et nous surveillons beaucoup plus de joueurs que ceux qui avaient été convoqués ou pré-sélectionnés ces derniers temps", a indiqué Tabarez.

L'Uruguay est pour l'instant 2e de cette phase de qualification en zone Amérique du Sud, avec neuf points, à trois points du leader surprise, l'Equateur.

"Nous sommes une équipe qui peut compliquer la vie des autres, mais pas plus que ça", a estimé modestement le sélectionneur.

Interrogé sur le vaste scandale de corruption autour de la Fifa, qui a fait tomber de nombreuses têtes dans le football sud-américain, Oscar Tabarez a estimé qu'il s'agissait désormais d'une "nouvelle étape" qui commence, avec l'élection d'une direction à la confédération régionale, la Conmebol.

Quand le scandale a été révélé, "c'est comme si une bombe avait explosé, ça a été très dur", a-t-il raconté.

Mais "comme à chaque fois dans ce genre de cas, sur les ruines de ce qui s'est passé, il y a l'espoir que l'on puisse reconstruire des choses. Pour l'instant, je ne dis pas que c'est utopique, mais ça me semble encore lointain".

mr/ol/ka/tup/tba