NOUVELLES
09/02/2016 08:41 EST | Actualisé 09/02/2017 00:12 EST

Quatre policiers sud-africains accusés de meurtre sous l'apartheid

JOHANNESBOURG, Afrique du Sud — Quatre anciens membres des forces de l'ordre sud-africaines seront accusés du meurtre d'une jeune militante du Congrès national africain.

Nokuthula Simelane est disparue en 1983, sous le régime de l'apartheid. Elle était à ce moment détenue par la police sud-africaine.

Le bureau des procureurs nationaux affirme que la jeune femme a été torturée avant d'être tuée, mais son corps n'a jamais été retrouvé.

Trois des quatre suspects avaient demandé l'amnistie pour sa disparition, mais non pour son meurtre, lors des audiences de la Commission de vérité et de réconciliation en 1994. Le quatrième suspect sera accusé de meurtre et d'enlèvement.

La jeune femme de 23 ans a été détenue illégalement pendant une semaine dans un commissariat de police de Johannesbourg, où elle a été interrogée et torturée, ont dit les procureurs. Elle a ensuite été interrogée et torturée dans une ferme pendant plusieurs semaines.

Des policiers ont raconté à la commission qu'elle avait éventuellement accepté de collaborer avec le régime et qu'elle a possiblement été éliminée par ses anciens camarades.

Les quatre suspects — Willem Coetzee, Anton Pretorius, Frederick Mong et Msebenzi Radebe — se présenteront devant un tribunal de Pretoria le 26 février.