NOUVELLES
09/02/2016 03:10 EST | Actualisé 09/02/2017 00:12 EST

Nouvel An lunaire: une manifestation dégénère dans les rues de Hong Kong

HONG KONG — Les célébrations du Nouvel An lunaire ont été assombries à Hong Kong, tôt mardi matin, par des affrontements entre des manifestants et des policiers.

Des dizaines de personnes ont été blessées ou arrêtées lors des pires violences à secouer le territoire chinois depuis les manifestations prodémocratiques de 2014.

Des militants frustrés de voir que les policiers tentaient de chasser les vendeurs de nourriture dans un quartier achalandé de Kowloon ont joué au chat et à la souris avec les forces de l'ordre jusqu'aux petites heures du matin, mardi.

Les manifestants ont lancé aux policiers des briques, des bouteilles de verre, des poubelles, des barrières de sécurité en plastique, des morceaux de bois et tout ce qui leur tombait sous la main. Ils ont également allumé des feux dans les rues.

Les troubles ont éclaté quand la police a voulu empêcher des vendeurs de nourriture itinérants illégaux de s'installer lundi soir dans le quartier ouvrier de Mong Kok. Ces vendeurs font partie de la tradition des fêtes du Nouvel An lunaire.

Les vendeurs de nourriture étaient appuyés par des fêtards qui s'inquiètent de voir la culture hongkongaise être effacée par l'influence de Pékin. Des manifestants démocratiques avaient occupé les rues de Mong Kok pendant près de trois mois à la fin de 2014.

Le leader de Hong Kong, Leung Chun-ying, a expliqué aux journalistes que plus de 80 policiers et quatre journalistes ont été blessés quand une foule les a attaqués.

Des voitures de police et des biens publics ont été endommagés. M. Leung affirme que des policiers déjà blessés et qui se trouvaient au sol ont reçu des briques.

Des images diffusées à la télévision montrent un manifestant qui empoigne un policier par derrière, ce qui provoque une bagarre généralisée entre les deux camps. Un policier semble tirer deux coups de semonce à un moment pour repousser la foule.

Les policiers de Hong Kong ont affirmé par voie de communiqué que les militants avaient ignoré leurs avertissements de se disperser et qu'ils avaient bousculé les agents, qui ont répondu avec leurs matraques et du gaz poivré.

Selon les autorités policières, 54 hommes et une femme ont été arrêtés. Ils sont soupçonnés de rassemblement illégal, de possession d'armes dangereuses et d'avoir commis des voies de fait contre des policiers.