NOUVELLES
09/02/2016 06:40 EST | Actualisé 09/02/2017 00:12 EST

La mort de Marilyn Monroe sème encore le trouble 50 ans plus tard

MONTRÉAL — Les hommes étaient fous d'elle et les femmes enviaient cette star de cinéma. Superbement belle, outrageusement blonde avec un corps sculpté à la perfection, elle a connu ses années de gloire au milieu du siècle dernier. Décédée en 1962, à l'âge de 36 ans, sa mort laisse perplexe.

Sa filmographie comporte une trentaine de films qui lui ont procuré une solide notoriété. Elle a conquis bien des hommes, dont John F. Kennedy, qui en a fait sa maîtresse. Dans le documentaire «La preuve manquante» présenté à Historia, le lundi 15 février, 22h, on revient sur les détails entourant sa mort car, à l'époque, on a attribué son décès à un suicide, à l'ingestion de barbituriques. Mais en fouillant le dossier, deux journalistes préoccupés par le sujet en viennent à la probabilité d'un meurtre. Ils ont relevé une suite d'incohérences qui laissent croire qu'on a procédé à une mise en scène pour rendre le suicide plausible.

On a appris que «Bob», le frère du président Kennedy, était aussi l'amant de la star. Rapidement, ils sont devenus très amoureux l'un de l'autre, créant un imbroglio susceptible d'occasionner un énorme scandale. Alors, on découvre en quoi consiste le terrible scénario qui ferait de la mort de la Lorelei dans «Les hommes préfèrent les blondes», un meurtre crapuleux.

Ces bébés plus légers qu'un chou

Télé-Québec présente le documentaire «700 grammes de vie», racontant l'histoire de trois bébés — Thomas, Raphaël et Osman — nés avant terme et dont le poids oscille entre 700 et 900 grammes, bien en deçà d'un poids normal.

Nés plus de trois mois avant terme, dès leur naissance, ils doivent être pris en charge par tout un arsenal de fils, de tuyaux, de sondes liés à des appareils sophistiqués, qui doivent assurer leur survie sous l'œil attentif de toute une batterie d'infirmières et de spécialistes, dont une psychanalyste. Cette lutte de tous les instants serait en quelque sorte inutile si on prive les petits de câlins et de mots gentils. On affirme qu'en dépit de toute la technologie et les soins médicaux qu'on leur prodigue, si on ne leur parle pas, ces enfants vont dépérir.

Il faut également que le personnel soutienne les parents dont certains ont de la difficulté à s'approcher de ce petit être, trop petit, trop fragile, trop incertain. Quand le prématuré peut quitter l'hôpital où il aura vécu les premiers mois de sa vie, il devra être suivi de près pour les six prochaines années, espérant qu'il ne fera pas partie des 40 pour cent de ceux qui devront vivre avec des séquelles. Le mardi 16 février, 20h.

Manger: primordial

«L'amour est dans le pré» (à V, le jeudi 20h) nous fait prendre conscience qu'il n'est pas évident pour des agriculteurs de trouver l'amour. Et pire encore, à UNIS, «Garde-manger» révèle que d'ici dix ans, alors que la moitié des fermiers actuels auront pris leur retraite, 75 pour cent d'entre eux n'auront pas de relève. Sans être alarmiste, l'émission du mardi 16 février, 20h, soulève la gravité de cette réalité. Simon Duval-Matte, dans la jeune trentaine, ose, lui, se lancer dans l'aventure agricole biologique.

Dans une entrevue à ARTV, Michel Jasmin parle de sa carrière, des centaines d'interviews qu'il a menées, des moments terribles de sa vie, de la chance qu'il a eue de pouvoir réaliser son rêve d'être un communicateur, comme s'il parlait d'un être cher, avec beaucoup d'émotion, beaucoup d'amour et beaucoup de regrets d'être maintenant sur la touche, bien malgré lui. Que ne donnerait-il pas aujourd'hui pour poursuivre cette vie de rêve et retrouver sa place auprès des gens? «Lumière sur Michel Jasmin», le mercredi 17 février, 21h.

Sceptiques quant à l'exactitude des événements, des historiens ont voulu situer des textes sacrés selon le calendrier d'événements historiques de l'année 33 du premier siècle de notre ère et il semble que les enseignements qu'on nous transmet quant à la vie de Jésus ne soient pas conformes à la réalité de l'époque. Il semblerait que Marie-Madeleine aurait été son disciple préféré, on laisse même entendre qu'elle aurait été l'épouse de Jésus. On revient sur la dernière Cène, la Passion, sa mort, sa résurrection à «L'ombre d'un doute / Les derniers jours de Jésus», le lundi 15 février, 20h, à TV5.

À RADIO-CANADA: Escapade au zoo de Granby où on compte un nouveau-venu, le léopard de l'amour, né récemment. Plus tard dans l'émission, il sera aussi question de dégénérescence maculaire à «Découverte», ce dimanche, 18h30. Les preuves étant contre lui, Alexis (Maxime Le Flaguais) risque d'être condamné pour le meurtre du grand William. Évangéliste (Gaston Lepage) meurt à son tour mais ce décès semble suspect. Séraphin (Vincent Leclerc) en profite pour chasser Délima (Julie Le Breton) de la maison paternelle. Le lundi 15 février, 21h, aux «Pays d'en haut».

À TVA: Béatrice (Sophie Lorain) est catastrophée d'apprendre qu'Océanne (Rosalie Moreau) a un trouble alimentaire, et Christophe (Robert Lalonde) paye de sa santé tout le stress occasionné par ses problèmes familiaux. Bernard (Alain Zouvi) a une proposition intéressante pour Bernardette (Monique Spaziani) et Gin (Linda Sorgini). «Au secours de Béatrice», le mercredi 17 février, 20h.

À TV5: Quand il a eu 20 ans, Vincent a vu sa vie et celle de sa famille changer complètement. Soudain, on ne comprenait plus son fonctionnement. Il aura fallu huit ans pour enfin connaître le diagnostic: schizophrénie. Terrassée, la famille a eu du mal à s'adapter à ce Vincent nouveau, au point qu'il leur aura fallu dix ans pour en parler à leur entourage. La réalisatrice Rozenn Potin a filmé son frère, dont l'imaginaire est densément peuplé. «Les mondes de Vincent», le mardi 16 février, 20h.

À EXPLORA: Ce dimanche, 20h, nous serons témoins d'amitiés particulières dans le monde animal. Un orang-outan et un chien, un ours, un tigre du Bengal et un lion dans le même enclos, un bulldog et un lionceau, un rhinocéros et un mouton: le documentaire «Couples insolites» comporte plusieurs exemples de ces amitiés déconcertantes. Alors que ces «amis» devraient susciter agressivité réciproque, voilà qu'ils ne supportent pas de vivre l'un sans l'autre.

À RDI: De jeunes Suédoises ont été victimes d'un maître-chanteur sur Internet. Les ayant convaincues de lui envoyer une photo d'elles, nues, elles ont été prises au piège. L'inconnu qui s'est présenté sous une fausse identité, en a ensuite exigé d'autres du genre sous peine de voir la photo qu'il possédait déjà diffusée sur le Net. Malgré plusieurs plaintes à la police, rien n'a été fait jusqu'à ce que deux journalistes décident de s'occuper du dossier. «Nues sur le net, la traque d'un cyberprédateur», le mardi 16 février, 20h.