NOUVELLES
09/02/2016 07:57 EST | Actualisé 09/02/2017 00:12 EST

La Méditerranée est lourdement surpêchée, prévient l'Union européenne

BRUXELLES — Pratiquement toutes les espèces de poissons de la Méditerranée sont lourdement surpêchées, préviennent des experts, même si les stocks sont en chute depuis des décennies.

L'Union européenne envisage maintenant d'utiliser des technologies spatiales sophistiquées ou des drones pour coincer les braconniers.

Le chef européen des pêcheries, Karmenu Vella, a prévenu mardi que certains stocks sont au bord de l'épuisement. Au total, 93 pour cent des populations étudiées sont surexploitées, a-t-il dit.

De plus, la moitié des poissons capturés dans la Méditerranée ne sont jamais rapportés aux autorités, a dit M. Vella, ce qui veut dire que la situation est possiblement encore pire qu'on ne le croit.

Il craint qu'on n'atteigne bientôt un point de non retour.

Les pêcheurs utilisent des hélicoptères, des radars sous-marins et des technologies de pointe pour traquer les poissons, tandis que les surveillants tirent de l'arrière à ce point de vue. M. Vella veut renverser la situation et se dit «très confiant» que les nouvelles technologies puissent se révéler utiles.

Il a notamment évoqué le recours aux drones pour repérer les navires et même déterminer s'ils ont des filets à l'eau. Les technologies spatiales et l'analyse de données pourraient être combinées pour identifier les bateaux suspects, et une analyse génétique peut vérifier quelle espèce de poisson a été capturée.

L'UE prévient que des poissons comme la merluche, le surmulet, la baudroie commune et le merlan bleu sont particulièrement menacés. Le groupe environnemental Oceania dit que le niveau de pêche de la merluche est 14 fois supérieur au seuil renouvelable.

Le patron d'Oceania, Lasse Gustavsson, met en garde que toute activité de pêche pourrait devoir être suspendue dans la Méditerranée en 2020 si rien n'est fait.