NOUVELLES
09/02/2016 05:17 EST | Actualisé 09/02/2017 00:12 EST

La dette publique des pays du Golfe devrait doubler (rapport)

La dette publique des six monarchies pétrolières du Conseil de coopération du Golfe (CCG) devrait doubler et leurs avoirs baisser du tiers d'ici 2020, affirme un rapport économique publié mardi.

Cumulant des déficits budgétaires de 160 milliards de dollars en 2015 et projetant un déficit de 159 milliards de dollars en 2016 en raison de la chute des prix du pétrole, ces pays vont s'endetter lourdement ou puiser dans leurs réserves financières, selon ce rapport.

Les six pays du CCG, Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Oman, Qatar et Koweït, qui pompent ensemble quelque 18 millions de barils de pétrole par jour, ont dégagé des excédents budgétaires de 220 milliards de dollars.

Le rapport élaboré par M.R. Raghu, chef des recherches au Kuwait Financial Centre (Merkaz), estime que la dette des six pays devrait atteindre dans cinq ans 59% de leur PIB total, alors qu'elle n'était qu'à 30% fin 2015.

Les réserves cumulées des six pays qui représentent 140% de leur PIB à 2.200 milliards de dollars fin 2015 devraient baisser, durant ces cinq années, à 100% du PIB, affirme le chercheur.

Le pétrole assurait environ 80% des revenus de ces pays avant la chute du prix du baril qui a perdu 75% de sa valeur depuis la mi-2014.

"Le prix du baril peut rester bas longtemps", écrit le chercheur dans son rapport.

La plupart des experts prédisent un baril à 43 dollars en 2016 et à 55 dollars l'année suivante, ajoute M.R. Raghu.

De tels niveaux ne permettent pas aux pays du Golfe d'équilibrer leur budgets.

oh/mh/feb