NOUVELLES
09/02/2016 08:07 EST | Actualisé 09/02/2017 00:12 EST

L'Italie inflige un double coup dur à la Camorra

Les autorités italiennes ont annoncé mardi avoir démantelé un groupe mafieux appartenant au clan d'une femme surnommée "la veuve noire de la Camorra", et avoir arrêté une autre figure du milieu à Naples (sud).

Alessandro Giannelli, 38 ans, chef recherché d'un clan influent de la Camorra, la mafia napolitaine, a été arrêté à l'aube alors qu'il changeait de voiture pour tenter de quitter son fief, a expliqué la police.

Il est soupçonné d'être impliqué dans une bataille meurtrière liée au trafic de drogue, qui a déjà fait 10 morts depuis le début de l'année dans la région de Naples et a poussé le ministre de l'Intérieur, Angelino Alfano, à envisager d'envoyer des soldats supplémentaires.

Dans une affaire distincte, le parquet de Rome a annoncé le démantèlement d'un groupe mafieux opérant dans les secteurs des fruits, légumes et produits laitiers mais qui servait en réalité de vitrine à la Moccia, l'un des clans les plus anciens et influents de la Camorra.

Basé à Afragola, dans la banlieue de Naples, ce clan est dirigé depuis les années 1970 par Anna Mazza, surnommée "la veuve noire" pour avoir pris la succession de son mari Gennaro Moccia et devenue la première femme condamnée en Italie pour association mafieuse.

Cinq hommes, dont trois membres de la famille Moccia, ont été incarcérés et deux autres placés aux arrêts judiciaires après un coup de filet qui a impliqué 160 policiers mardi matin.

Selon le parquet, le groupe avait amassé 15 millions d'euros grâce à des extorsions et autres crimes dans le cadre de ses activités de vente en gros de fruits, légumes et mozzarella, dont les clients comptaient de nombreux restaurants romains et une chaîne de supermarchés.

Selon la Coldiretti, organisation de défense des producteurs, le chiffre d'affaires du crime organisé dans le secteur alimentaire italien est de 15 milliards d'euros par an.

"Non seulement ils s'approprient de larges parts du secteur agro-alimentaire et des revenus qu'il génère, en détruisant la compétition du marché libre et en étouffant les entrepreneurs honnêtes, mais ils compromettent aussi gravement la qualité et la sûreté de la nourriture, nuisant à l'image des produits italiens et à la marque made in Italy", a-t-elle dénoncé dans un communiqué.

am/ide/fcc/pjl