NOUVELLES
09/02/2016 03:45 EST | Actualisé 09/02/2017 00:12 EST

Grèce: les agriculteurs contre la réforme des retraites coupent le pays en deux

Les agriculteurs grecs ont entrepris mardi de couper la Grèce en deux en entamant un blocage sine die de la vallée de Tempi, qui commande la principale autoroute nord-sud, pour protester contre la réforme des retraites réclamée au pays par ses créanciers.

Cette montée en puissance de la mobilisation paysanne, entamée le 22 janvier, intervient avant une manifestation prévue vendredi à Athènes. Le gouvernement a exclu que les contestataires soient autorisés à rentrer en tracteurs dans le centre de la capitale.

Coutumiers ces dernières années de telles actions pendant la saison morte hivernale, les agriculteurs entravent depuis fin janvier la circulation sur les principaux axes routiers du pays, et font barrage depuis début février au trafic de marchandises aux frontières avec la Bulgarie et la Turquie.

Bloqués depuis des jours aux douanes avec des centaines de collègues, cinq camionneurs bulgares ont forcé le passage dans la nuit pour sortir de Grèce, brisant les barres du poste frontière de Promahona. L'un a été arrêté côté grec, les quatre autres côté bulgare, a indiqué une source policière.

Les agriculteurs réclament de renégocier le projet gouvernemental de réforme des retraites, qui alourdirait leurs cotisations et mettrait fin à des régimes d'exemption propices aux abus. Cette réforme, qui doit permettre d'économiser 1,8 milliard euros d'économies par an, est exigée d'Athènes par les bailleurs de fonds du pays, UE et FMI.

L'appel à la manifestation à Athènes a mis en lumière les divisions du mouvement paysan, plusieurs coordinations dénonçant une récupération par l'opposition communiste.

La porte-parole du gouvernement, Olga Gerovassili, a réitéré mercredi son appel au dialogue, et sa condamnation d'une "exploitation politique" de la fronde par l'opposition de droite et de gauche. Le dirigeant de la droite, Kyriakos Mitsotakis, a demandé mardi le retrait des plans gouvernementaux.

La fronde contre cette réforme, qui s'étend des salariés aux professions libérales, et a été au centre d'une grève générale très suivie jeudi dernier, constitue la première épreuve sociale d'ampleur pour le gouvernement de gauche d'Alexis Tsipras depuis son arrivée au pouvoir en janvier 2015.

Programmé pour être soumis au Parlement mi-février, le projet de loi devrait finalement y être présenté "d'ici environ quatre semaines", le temps que gouvernement et créanciers trouvent un "compromis honorable" sur son contenu, a indiqué Mme Gerovassili.

cb/od/at