NOUVELLES
09/02/2016 06:00 EST | Actualisé 09/02/2017 00:12 EST

Fugues à Laval : Québec va poser des gestes

EN DIRECT - Le gouvernement Couillard devrait annoncer ce matin de nouvelles mesures destinées à combattre les fugues au Centre jeunesse de Laval. Au moins cinq jeunes filles confiées au soin de cette institution ont été portées disparues depuis une semaine. Quatre d'entre elles ont été retrouvées, mais une cinquième, Vanessa Ticas, manquent toujours à l'appel. 

L'annonce de nouvelles mesures sera faite à 11 h lors d'une conférence de presse conjointe du ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, et de la ministre déléguée à la Protection de la jeunesse, Lucie Charlebois.

Les deux ministres ont tenu plusieurs rencontres à ce sujet ces derniers jours : M. Coiteux a notamment discuté avec le directeur du SPVM Philippe Pichet, tandis que Mme Charbonneau a eu des discussions avec des responsables du centre jeunesse et du réseau de la santé de Laval.

Le phénomène des fugues dans les centres jeunesses n'est pas nouveau, mais été récemment très médiatisé. Les parents de plusieurs des jeunes adolescentes qui ont fugué ont dit craindre qu'elles soient tombées dans les griffes d'un gang de rues ou d'un réseau de proxénètes. Certains ont dénoncé que leurs enfants puissent quitter le centre jeunesse en toute liberté.

Le porte-parole du Parti québécois en matière de protection de la jeunesse, Jean-François Lisée, a demandé vendredi au gouvernement de revoir cette politique, en vigueur depuis 2008 dans la foulée d'un jugement de la Commission des droits de la personne.

Il a aussi dénoncé l'impact des compressions de 20 millions de dollars imposées aux centre jeunesse par le gouvernement Couillard l'an dernier. 

Lundi, M. Lisée et sa collègue Carole Poirier, porte-parole en matière de Condition féminine, ont aussi déploré que le gouvernement n'ait pas donné suite à une lettre du SPVM, qui réclamait l'an dernier la création d'escouades métropolitaines mixtes, chargées d'enquêter sur la traite d'adolescents, et la création d'un centre intégré pour les victimes d'exploitation sexuelle.