NOUVELLES
09/02/2016 10:16 EST | Actualisé 09/02/2017 00:12 EST

Colombie : attentat contre un oléoduc attribué à la guérilla de l'ELN

L'armée colombienne a attribué mardi à la guérilla de l'Armée de libération nationale (ELN) un attentat à l'explosif commis la veille contre l'un des principaux oléoducs de la compagnie pétrolière nationale Ecopetrol, qui a provoqué une fuite de pétrole.

L'attentat a eu lieu lundi vers 22h00 locales (03h00 GMT mardi) et a endommagé l'oléoduc "Caño Limon" sur la commune de Cubara, dans le département de Boyaca (centre), a précisé dans un communiqué l'armée de terre.

L'armée a attribué cette action au front "Efrain Pabon Pabon" de l'ELN, deuxième guérilla d'extrême gauche colombienne, engagée depuis deux ans dans des dialogues exploratoires secrets avec le gouvernement en vue de lancer des pourparlers de paix.

"Nos soldats sont dans la zone pour sécuriser le secteur afin que (...) les techniciens de la compagnie pétrolière puissent commencer les travaux de réparation de l'oléoduc", précise le communiqué.

Lundi, le président Juan Manuel Santos a ordonné aux forces armées d'intensifier leurs opérations contre l'ELN, quelques heures après un autre attentat aux explosifs commis contre une brigade militaire à Arauca, dans l'est du pays, qui n'a pas fait de victime.

Les dialogues préliminaires entamés avec l'ELN ont débuté en janvier 2014, en parallèle aux pourparlers de paix menés depuis novembre 2012 à La Havane avec la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes), première guérilla du pays avec quelque 7.000 hommes. Le gouvernement et les Farc se sont engagés à signer un accord de paix d'ici le 23 mars.

Samedi dernier, M. Santos a affirmé que les guérilleros de l'ELN, qui compte environ 1.500 combattants selon les autorités, "sont en train de manquer le train de la paix" faute de décider des réunions nécessaires "pour passer de la phase confidentielle à la phase publique" des négociations.

aqv/rto/fpp/ka/cls

ECOPETROL