NOUVELLES
08/02/2016 23:44 EST | Actualisé 08/02/2017 00:12 EST

Afsud: l'opposition saisit la Cour constitutionnelle contre le président Zuma

Les deux principaux partis d'opposition sud-africains ont saisi la Cour constitutionnelle mardi pour obliger le président Jacob Zuma à rembourser une partie des 20 millions d'euros d'argent public dépensé pour rénover sa résidence privée de Nkandla, un scandale qui empoisonne son mandat depuis plus de deux ans.

Pour appuyer l'action en justice, des centaines de membres du parti de gauche radicale EFF (Combattants de la liberté économique) étaient dans la rue aux cris de "Rends l'argent! Rends l'argent !", un slogan qui retentit au parlement à chaque apparition de M. Zuma.

Exonéré de toute responsabilité par sa majorité parlementaire, le président sud-africain avait jusqu'à présent refusé de débourser un centime. Il a fait volte-face il y a une semaine, admettant l'idée d'un remboursement partiel, mais les deux partis ont maintenu leur action en justice.

"La proposition du président n'est rien d'autre qu'une manoeuvre de communication pour échapper à ses responsabilités", a déclaré l'Alliance démocratique, parti libéral d'opposition, dans un communiqué.

Le scandale a été amplifié début 2014 lorsque la médiatrice de la République, chargée de veiller à l'utilisation des deniers de l'Etat, a rendu un rapport accusant Jacob Zuma d'avoir indûment bénéficié des travaux. Elle avait recommandé qu'il rembourse une partie des sommes.

Sous couvert de travaux de sécurité, la maison avait notamment été enrichie d'un poulailler, d'un amphithéâtre ou encore d'une piscine, aux frais du contribuable.

jaj/cpb/jlb