NOUVELLES
08/02/2016 12:56 EST | Actualisé 08/02/2017 05:12 EST

Primaires aux États-Unis : New Hampshire, le baromètre

Le New Hampshire qui vote mardi pour ses primaires est un État américain qui aime parfois surprendre et se décide souvent au dernier moment. Il pourrait rebattre les cartes et sonner le glas des candidats les plus faibles.

Voilà ce qu'il faudra surveiller particulièrement :

— DONALD TRUMP : en tête de 75 sondages consécutifs depuis mai dans le New Hampshire, le milliardaire aux déclarations fracassantes espère effacer l'humiliation de l'Iowa la semaine dernière : il y était arrivé deuxième, après avoir snobé un débat, alors que tous les sondages le donnaient gagnant.

Le dernier débat républicain samedi s'est plutôt bien passé pour lui. Deux sondages lundi lui donnent 21 et 14 points de pourcentage d'avance. Si Trump ne l'emporte pas, son image de gagnant qui veut "rendre à l'Amérique sa grandeur" risque d'être très sérieusement mise à mal.

A suivre aussi la deuxième place, qui promet selon les sondages d'être très disputée entre Marco Rubio, John Kasich et Ted Cruz.

— HILLARY CLINTON : Bernie Sanders, sénateur "démocrate socialiste" est en tête de 33 sondages successifs depuis début janvier face à Hillary Clinton. Deux sondages lundi le donnent à 12 et 16 points d'avance dans l'État.

Mme Clinton l'a déjà emporté d'extrême justesse dans l'Iowa (49,8 % contre 49,6 %).

Si elle peut réduire l'écart, ce ne sera qu'un mauvais moment à passer, selon les experts, avant les États du sud où elle est grande favorite. Mais si Bernie Sanders l'emporte très nettement, la course à l'investiture démocrate pourrait durer plus longtemps et être plus difficile que prévu pour celle qui était l'ultra-favorite au départ.

En 2008, elle avait cependant créé la surprise en remportant le New Hampshire devant Barack Obama. En 1992, c'est aussi le New Hampshire qui avait fait de son mari Bill Clinton le "comeback kid", lui offrant une deuxième place.

— MARCO RUBIO : le télégénique sénateur de Floride, benjamin des républicains à 44 ans, espère capitaliser sur ses résultats meilleurs que prévu dans l'Iowa. Il était arrivé 3e, talonnant Donald Trump, une surprise qui lui vaut d'être devenu l'espoir de l'establishment républicain, à la recherche d'un candidat plus présentable que Donald Trump ou Ted Cruz, sénateur ultraconservateur du Texas arrivé en tête dans l'Iowa.

Mais Rubio a mal négocié son débat samedi soir, épinglé pour avoir répété mécaniquement cinq fois la même tirade contre Obama.

— PARTICIPATION : le secrétaire d'État du New Hampshire William Gardner prévoit une participation record, avec 282.000 votes côté républicain, et 268.000 votes côté démocrate. Précisément 9.027 électeurs se sont inscrits depuis fin décembre, majoritairement des indépendants.

L'état compte 231.376 électeurs inscrits en tant que démocrates, 262.111 en tant que républicains, et 389.472 indépendants qui pourront voter soit républicain, soit démocrate.

— LES GOUVERNEURS : Jeb Bush (ancien gouverneur de Floride, fils et frère de présidents), John Kasich, gouverneur de l'Ohio, et Chris Christie, gouverneur du New Jersey, jouent leur crédibilité, voire leur survie pour Christie. John Kasich, républicain modéré, pourrait surprendre, dans un Etat où le vote indépendant (44 % des électeurs), se préoccupe moins des partis que des idées.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Iowa Caucuses 2016 Voyez les images

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!