NOUVELLES
08/02/2016 04:51 EST | Actualisé 08/02/2017 00:12 EST

Trudeau dévoilera sous peu son plan pour lutter contre l’EI

Justin Trudeau dévoilera à 10h30 le nouveau rôle que le Canada sera appelé à jouer au sein de la coalition internationale qui lutte contre le groupe armé État islamique (EI) en Irak et en Syrie.

Le premier ministre canadien sera accompagné pour l'occasion des ministres des Affaires étrangères, Stéphane Dion, de la Défense, Harjit Sajjan, et du Développement international, Marie-Claude Bibeau.

Avant même le début de la campagne électorale, Justin Trudeau avait annoncé qu'un gouvernement libéral mettrait fin à la mission de combat des Forces armées canadiennes contre l'EI.

Il n'a jamais dérogé de cette idée depuis, même si les opposants à ce retrait se sont faits davantage entendre depuis que six Québécois ont été tués lors d'un attentat terroriste commis au Burkina Faso en janvier.

M. Trudeau assure que le retrait de l'armée canadienne de la mission de combat se fera de manière ordonnée, afin de ne pas déstabiliser les efforts de la coalition, et que son gouvernement se concentrera sur la formation et l'aide humanitaire.

Jusqu'à nouvel ordre, l'aviation militaire canadienne continue donc de bombarder l'EI, une opération dans laquelle sont engagés six chasseurs CF-18 Hornet, un aéronef de ravitaillement CC-150 Polaris et deux aéronefs de patrouille Aurora. Soixante-neuf formateurs militaires travaillent aussi avec les combattants kurdes dans le nord de l'Irak.

Cette mission doit prendre fin le 31 mars.

L'annonce du gouvernement Trudeau sera faite deux jours avant l'ouverture de la rencontre des ministres de la Défense des pays membres de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN), mercredi, à Bruxelles.

Le gouvernement Harper a engagé le Canada dans la mission de combat contre le groupe armé État islamique en octobre 2014. D'abord limité à l'Irak, la mission a été élargie quelques mois plus tard à la Syrie. Bagdad avait demandé l'aide de ses alliés pour combattre l'organisation djihadiste, mais pas Damas.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!