NOUVELLES
08/02/2016 10:11 EST | Actualisé 08/02/2016 10:12 EST

Sécheresse en Somalie: la situation humanitaire est «alarmante», 58 000 enfants menacés

Habiba Osman Ahmed,seated with her two children in a makeshift  shelter in Dollow refugee camp in southern Somalia, Tuesday, Aug. 30, 2011. She was  a former farmer, but since Somalia's 20-year civil war pushed the drought into famine,  everything has changed. Now she doesn't even have a pot to cook in, and must share with another family. She will wait patiently while they finish their food before preparing her own. (AP Photo/Khalil Senosi)
ASSOCIATED PRESS
Habiba Osman Ahmed,seated with her two children in a makeshift shelter in Dollow refugee camp in southern Somalia, Tuesday, Aug. 30, 2011. She was a former farmer, but since Somalia's 20-year civil war pushed the drought into famine, everything has changed. Now she doesn't even have a pot to cook in, and must share with another family. She will wait patiently while they finish their food before preparing her own. (AP Photo/Khalil Senosi)

Plus de 58 000 enfants pourraient mourir de faim en Somalie s'ils ne reçoivent pas une aide humanitaire d'urgence, leur pays faisant face à une sécheresse de grande ampleur associée à la guerre civile, ont alerté les Nations unies lundi.

«Le niveau de malnutrition, notamment des enfants, est très inquiétant, avec près de 350 000 d'entre eux âgés de moins de 5 ans souffrant de malnutrition aiguë», a déclaré lundi dans un communiqué le coordinateur de l'aide l'humanitaire de l'ONU en Somalie, Peter de Clercq.

Ce constat alarmant rappelle la situation qui prévalait il y a quatre ans, lorsqu'une sécheresse de grande ampleur combinée à la guerre civile avait provoqué une famine faisant plus de 250 000 morts.

Actuellement, quelque 950 000 personnes «luttent tous les jours pour se nourrir» et 4,7 millions de Somaliens, soit près de 40 % de la population, nécessitent une aide humanitaire, selon les données recueillies par l'Unité d'analyse de la sécurité alimentaire et de la nutrition (FSNAU) de l'ONU et le Réseau d'alerte précoce de la famine (Fews Net, financé par l'Agence américaine de développement).

«Nous estimons que 58 000 enfants sont menacés de mort s'ils ne sont pas pris en charge» rapidement, a ajouté M. de Clercq.

Le phénomène météorologique El Niño, courant chaud équatorial du Pacifique qui réapparaît tous les cinq à sept ans, connaît cette année une forte intensité. Dans la Corne de l'Afrique, il a notamment provoqué des inondations désastreuses pour les cultures dans le sud de la Somalie et une sécheresse tout aussi dramatique, notamment dans le nord.

«La situation au regard de la sécurité alimentaire et de la malnutrition en Somalie est alarmante, notamment dans certaines parties du Puntland et du Somaliland (nord), durement affectées par une sécheresse amplifiée par El Niño», a expliqué l'ONU dans son communiqué.

L'ONU a donc lancé un appel à financements de 885 millions de dollars (plus de 1,2 milliard de dollars CAN) pour faire face à cette crise qui risque d'empirer dans les régions du Puntland et du Somaliland.

Les troupes du gouvernement somalien et de l'Union africaine (AMISOM) sont toujours confrontées aux islamistes radicaux shebab qui contrôlent encore de nombreuses zones rurales.

La situation humanitaire en Éthiopie voisine est également préoccupante. Au moins 10,2 millions d'habitants y ont besoin d'une aide alimentaire, un nombre qui pourrait doubler dans les mois à venir faute de mesures adéquates, selon l'ONU.

Galerie photo Camp de réfugiés somaliens à Dadaab, Kenya Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter