NOUVELLES
08/02/2016 10:28 EST | Actualisé 08/02/2017 00:12 EST

Monique Leroux fait un plaidoyer en faveur d'une économie canadienne plus verte

MONTRÉAL — Il est temps que le Canada fasse preuve d'ambition afin d'accélérer le virage de son économie vers les énergies propres, croit la présidente et chef de la direction du Mouvement Desjardins, Monique Leroux.

À l'occasion de sa dernière allocution avant la fin de son deuxième mandat, qui se termine dans deux mois, Mme Leroux a repris lundi un discours de plus en plus entendu dans le secteur financier et le milieu des affaires.

Sans renier le secteur des hydrocarbures, la présidente du plus grand groupe financier coopératif au pays a estimé que le Canada devait «renforcer» ses ambitions à l'égard des technologies propres.

La coalition «IntelliProspérité», dont fait partie Mme Leroux en compagnie notamment d'intervenants du milieu des affaires, des Premières Nations ainsi que de syndicats, a récemment écrit au premier ministre Justin Trudeau pour l'interpeller à ce chapitre.

Devant quelque 500 personnes réunies par le Cercle canadien de Montréal, la dirigeante de la coopérative a proposé cinq initiatives déjà connues, comme taxer la pollution.

Le Mouvement Desjardins a déjà commencé à faire sa part, a-t-elle ajouté, puisque la coopérative souhaite décarboniser ses placements et réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 20 pour cent d'ici 2020.

En mêlée de presse, Mme Leroux a été avare de commentaires sur la course à sa succession, dont le coup d'envoi a été donné la semaine dernière avec le dévoilement des trois candidats.

Pour la première fois depuis 2000, un candidat externe, l'économiste et ex-chef bloquiste Daniel Paillé, a décidé de se présenter. Mme Leroux ne s'est pas avancée sur la possibilité qu'une personne externe puisse se faire élire aux commandes de Desjardins.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!