NOUVELLES
08/02/2016 11:08 EST | Actualisé 08/02/2017 00:12 EST

Le candidat Donald Trump s'attend à une victoire à la primaire du New Hampshire

BEDFORD, N.H. — À la veille de la primaire au New Hampshire, le candidat républicain Donald Trump semblait revigoré, lundi, et prêt à savourer ce qui serait sa première victoire en vue de la course à la Maison-Blanche.

Il y a une semaine, M. Trump se remettait d'une défaite aux caucus de l'Iowa, où il avait terminé deuxième derrière le sénateur Ted Cruz. Mais le milliardaire semblait confiant lundi quant à ses chances de remporter la primaire du New Hampshire alors que les sondages le placent premier depuis des mois.

Le sénateur du Texas Ted Cruz est toujours dans la course, tout comme Marco Rubio, qui avait le vent dans les voiles après sa surprenante troisième place aux caucus de l'Iowa. En fin de semaine, les adversaires de M. Rubio ont tenté par tous les moyens de freiner son ascension après qu'il eut livré une performance décevante au dernier débat républicain.

L'argument central des rivaux de M. Rubio — surtout les candidats Chris Christie, John Kasich et Jeb Bush — est que le jeune sénateur de la Floride n'est pas prêt à assumer les responsabilités de président des États-Unis.

Au lendemain de la primaire, tous ces politiciens feront face à une pression accrue pour abandonner leur campagne et se ranger derrière un candidat plus traditionnel du Parti républicain pour bloquer la voie aux controversés Ted Cruz et Donald Trump.

Chez les démocrates, Bernie Sanders semble se diriger tout droit vers une victoire à la primaire du New Hampshire contre la favorite de la course sur le plan national, Hillary Clinton. M. Sanders est sénateur indépendant du Vermont, situé tout près du New Hamsphire.

L'ancien président Bill Clinton, qui avait accusé les partisans de M. Sanders de se prêter à des attaques «sexistes» et «profanes» contre son épouse, a adopté un ton plus conciliant, lundi, bien qu'il ait exprimé sa frustration devant la popularité du sénateur auprès des jeunes électeurs.

Pendant la fin de semaine, deux partisanes influentes de Mme Clinton ont critiqué les électrices qui appuient M. Sanders plutôt que celle qui pourrait devenir la première femme présidente.

L'ancienne secrétaire d'État Madeleine Albright a affirmé qu'il y avait une «place spéciale en enfer» pour les femmes qui n'aident pas les autres femmes.

L'écrivaine et éminente féministe Gloria Steinem a quant à elle suggéré que les électrices appuyant M. Sanders le faisaient pour rencontrer des hommes. Mme Steinem s'est plus tard excusée sur Facebook pour avoir laissé entendre que les jeunes femmes ne prenaient pas au sérieux leurs convictions politiques.

«Les jeunes femmes sont actives et très en colère face à ce qui leur arrive. Qu'elles soient auprès de Bernie ou de Hillary, les jeunes femmes sont plus militantes et féministes que jamais», a écrit Mme Steinem.

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!