NOUVELLES
08/02/2016 08:18 EST | Actualisé 08/02/2017 00:12 EST

Enfants migrants: l'examen osseux pour déterminer l'âge critiqué par un expert

Un biologiste britannique a mis en garde contre la fiabilité des tests de maturité osseuse utilisés dans de nombreux pays européens pour déterminer l'âge des enfants migrants, lorsqu'un doute subsiste.

Dans un commentaire publié lundi dans la revue The Annals of Human Biology, Noël Cameron, professeur de biologie humaine à l'Université britannique de Loughborough, rappelle que la "méthode standard" évalue la maturité osseuse à partir des os de la main et des poignets.

"Mais l'âge osseux peut à tout moment avoir un écart-type d'environ un an par rapport à l'âge chronologique, ce qui signifie concrètement que l'âge chronologique d'un enfant peut différer de plus ou moins deux ans par rapport à son âge osseux", précise-t-il, avant de souligner que "toute divergence même mineure (entre les deux âges) peut avoir des conséquences dramatiques en termes de prise en charge des migrants".

Il cite le cas du Royaume-Uni ou sur 2.168 demandes d'asile formulées par des enfants non accompagnés entre juin 2014 et juin 2015, 488 ont fait l'objet de tests osseux, dont 58% ont été considérés comme adultes à l'issue des examens.

Dans la plupart des pays européens, les migrants sont traités très différemment selon qu'ils sont adultes ou non. Les mineurs bénéficient généralement de mesures de protection spécifiques et ne peuvent être renvoyés dans leur pays d'origine.

Or, selon le Pr Cameron, près de 50% des garçons européens ont déjà des squelettes d'adultes à l'âge de 16 ans et demi, tandis qu'un sur cinq n'est pas encore arrivé à la maturité sur le plan osseux à l'âge de 18 ans.

"Il est scientifiquement indéfendable de se baser sur une association imparfaite entre la maturité osseuse et l'âge pour décider qui bénéficiera ou non de l'asile en Europe", conclut-il.

Les tests osseux sont largement utilisés en Europe pour déterminer l'âge des enfants migrants lorsque les autorités les soupçonnent de mentir sur leur âge, mais la procédure reste controversée.

En France, des associations comme l'Unicef-France, Médecins du monde, Médecins sans frontières ou la Ligue des Droits de l'homme militent pour remplacer les tests osseux par d'autres techniques d'enquêtes, psychologiques, sociales et éducatives.

ez/Dt/ial/bir

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!