NOUVELLES
07/02/2016 00:20 EST | Actualisé 07/02/2017 00:12 EST

Séoul et Washington vont discuter du déploiement d'un système de défense antimissile américain

Les responsables sud-coréens et américains de la Défense ont décidé d'ouvrir des pourparlers officiels sur le déploiement dans la péninsule coréenne d'un système de défense antimissile américain destiné à faire face à la menace nord-coréenne, auquel Pékin est fermement opposé, a annoncé dimanche le ministère sud-coréen de la Défense.

Cette déclaration survient après l'annonce par Pyongyang d'un tir de fusée à longue portée, condamné par les Etats-Unis et leurs alliés comme un test de missile balistique déguisé.

"Il a été décidé d'ouvrir officiellement des pourparlers sur la possibilité de déployer en Corée du Sud le système THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) dans le cadre des efforts pour renforcer la défense antimissile de l'alliance Corée du Sud/Etats-Unis", a déclaré Ryu Je-Seung, haut responsable au ministère sud-coréen de la Défense.

Cette perspective de déployer en Corée du Sud le système THAAD, l'un des plus avancés au monde, est régulièrement évoquée depuis des années.

Pour Washington, c'est une arme de dissuasion essentielle pour faire pièce au programme en développement de missiles balistiques de la Corée du Nord. Mais la Chine et la Russie disent qu'il s'agirait d'un coup porté à la stabilité de la région susceptible de déclencher une course aux armements.

"L'alliance américano-coréenne n'a eu d'autre choix que de prendre cette décision de défense parce que la Corée du Nord a mené une provocation stratégique et refuse tout véritable dialogue sur la dénucléarisation", a déclaré M. Yoo lors d'une réunion conjointe avec le général américain Thomas Vandal, commandant de la 8ème armée basée en Corée du Sud.

Il est "temps d'avancer" sur la question du THAAD, a dit le général Vandal.

Pyongyang argue qu'une telle décision relèverait des tactiques en vigueur pendant la guerre froide et serait destinée à "contenir" la Chine et la Russie.

M. Yoo a souligné au contraire que le système THAAD ne "serait mis en oeuvre qu'en relation avec la Corée du Nord".

L'officier chargé des opérations à l'état-major interarmées sud-coréen, Kim Yong-Hyun, a déclaré au Parlement dimanche que les prochains exercices militaires conjoints avec les Etats-Unis seraient les plus importants jamais réalisés.

Les exercices Key Resolve et Foal Eagle, prévus en mars et en avril, seront l'occasion de déployer de la technologie "d'avant-garde", a-t-il ajouté.

Parallèlement, la Corée du Sud va augmenter le nombre de haut-parleurs qui diffusent de la progagande à la frontière avec le Nord.

La Corée du Nord considère les exercices militaires conjoints de sa voisine avec les Etats-Unis comme la répétition générale de l'invasion de son territoire.

Elle a déjà menacé de tirer sur les haut-parleurs sud-coréens, qui avaient repris du service après le quatrième essai nucléaire nord-coréen mené le 6 janvier.

jhw/gh/ev/alc