NOUVELLES
07/02/2016 05:42 EST | Actualisé 07/02/2017 00:12 EST

Libération d'un universitaire palestinien arrêté pour avoir critiqué le président Abbas

Un tribunal palestinien a ordonné la libération sous caution d'un universitaire connu pour ses critiques acerbes de l'Autorité palestinienne et qui avait été arrêté pour des propos présentés comme offensants contre le président Mahmoud Abbas, a indiqué dimanche son épouse à l'AFP.

"L'avocat nous a informés que le tribunal a accepté sa libération sous caution", a affirmé Amal al-Ahmed, jointe par téléphone par l'AFP. Elle n'était pas être en mesure d'indiquer le montant fixé pour la caution d'Abdel Sattar Qassem.

L'universitaire, professeur à al-Najjah, la grande université de Naplouse dans le nord de la Cisjordanie occupée, avait été arrêté mardi et la justice palestinienne avait ensuite ordonné la prolongation de sa détention de 15 jours pour les besoins de l'enquête, une décision renversée par celle de dimanche.

Professeur de sciences politiques, il avait récemment évoqué sur un plateau de télévision la coopération sécuritaire entre les forces de sécurité palestiniennes et israéliennes.

M. Qassem avait cité les "lois révolutionnaires" de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), rappelant que cette charte prévoit la mort par balles pour quiconque communique avec l'"ennemi". Il avait ajouté, citant le règlement de l'OLP, que le mandat du président palestinien Mahmoud Abbas avait expiré. Ce mandat a pris fin en 2009, mais se poursuit faute d'élection.

Des particuliers avaient alors porté plainte pour "incitation contre les forces de sécurité" et "incitation au meurtre du président". Le gouvernement palestinien, lui, s'est défendu de toute accusation d'"arrestation politique" alors qu'une campagne politique et médiatique virulente a dénoncé les propos de M. Qassem.

he/sbh/mer