NOUVELLES
07/02/2016 05:35 EST | Actualisé 07/02/2017 00:12 EST

Les députés algériens approuvent l'adoption d'une nouvelle Constitution

ALGER, Algérie — Le Parlement algérien a approuvé massivement la nouvelle Constitution du pays qui aura pour effet de limiter à deux le nombre de mandats pour les présidents et de reconnaître officiellement la langue parlée par la minorité berbère.

Le nouveau texte a été présenté dimanche aux deux chambres du Parlement; 499 députés ont voté en faveur, deux s'y sont opposés et 16 se sont abstenus. Les réformes avaient été promises par le président Abdelaziz Bouteflika et son gouvernement dans la foulée des soulèvements du «printemps arabe» qui avaient lieu dans les pays environnants.

Célébrant sa victoire, le premier ministre Abdelmalek Sellal a déclaré que «l'histoire se rappellerait» que les députés ont contribué à «renouveler la république».

La nouvelle Constitution permettra à un président de solliciter seulement deux mandats de cinq ans. M. Bouteflika, âgé de 79 ans, a été désigné lui-même pour un quatrième mandat en 2014.

La nomination du premier ministre devra également être approuvée par une majorité parlementaire, alors qu'il était auparavant désigné par le président.

Par ailleurs, le nouveau texte reconnaît le tamazight comme une langue officielle au pays — une revendication récurrente de militants berbères. L'arabe demeure toutefois la langue officielle gouvernementale du pays.