NOUVELLES
07/02/2016 14:17 EST | Actualisé 07/02/2017 00:12 EST

La performance de Scrivens face aux Oilers a aidé à relancer le Canadien

MONTRÉAL — Est-ce possible que le week-end du Super Bowl serve de coup d'envoi à une nouvelle séquence fructueuse pour le Canadien? À la lumière de ce qui s'est passé samedi et dimanche, il s'agit d'une hypothèse qui pourrait se concrétiser. Et si jamais c'est le cas, la direction du Tricolore pourra dire merci à un joueur qui évoluait dans la Ligue américaine il n'y a pas si longtemps.

Contre toute attente, Ben Scrivens s'est dressé devant la talentueuse formation des Oilers d'Edmonton, d'abord, puis face aux Hurricanes de la Caroline qui avaient profité d'une journée de repos samedi pendant que le Canadien devait contenir Connor McDavid et compagnie.

En l'espace de 48 heures, Scrivens, qui a commencé la saison avec le club-école des Oilers à Bakersfield, n'a alloué que deux buts en 59 tirs en plus de fermer la porte lors des cinq tentatives des Hurricanes en fusillade.

Ses performances lui ont permis de réduire sa moyenne de buts alloués de 3,85 à 2,84, et de faire grimper son taux d'arrêts de ,873 à un respectable ,904.

Mais surtout, elles ont aidé le Canadien à reprendre des couleurs et faire des gains dans la course pour une place aux séries éliminatoires.

«Je pense que notre élan du week-end a commencé tôt samedi. (Ben) a réalisé deux arrêts importants contre (Jordan) Eberle et ils ont donné le ton pour lui et pour toute l'équipe, a affirmé le capitaine Max Pacioretty. C'est ce dont nous avions besoin pour nous relancer.»

L'entraîneur-chef Michel Therrien a lui aussi complimenté le travail de Scrivens au cours du week-end.

«Il a été très bon aujourd'hui, dans les moments très importants. À la fin du match, et aussi en première période alors que les Hurricanes ont tenté de profiter du fait que nous avions joué hier», a indiqué Therrien, qui a aussi aimé le niveau de compétitivité de ses joueurs à partir de la période médiane.

Pendant qu'un peu tout le monde lui rendait hommage, Scrivens essayait garder les deux pieds bien sur terre et préférait regarder devant. D'ailleurs, Therrien aura une intéressante décision à prendre en vue du match de mardi soir contre le Lightning de Tampa Bay, que peu d'équipes arrivent à battre depuis le début de 2016.

«C'est certain que c'est agréable d'avoir obtenu deux victoires en fin de semaine. C'est toujours le cas, surtout que nous en avions bien besoin. Mais là, le match est fini, et nous allons devoir nous concentrer sur le prochain.»

Au cours du week-end, Scrivens a été impliqué dans deux rencontres bien différentes. Samedi, contre les Oilers, le Canadien s'est sauvé avec le match au deuxième vingt. Dimanche, la lutte a été plus ardue surtout pendant les deux premières périodes avant que le jeu ne devienne un peu plus emballant lors du troisième engagement.

Scrivens a notamment été mis à l'épreuve vers la fin de la troisième période après que les Hurricanes eurent écoulé une punition mineure à Eric Staal.

«Que le score soit de 4-0 ou de 1-1, vous tentez de garder la même attitude. Ça peut sembler être un cliché et ça peut paraître ennuyant, mais il ne faut penser qu'un tir à la fois.»