NOUVELLES
06/02/2016 09:33 EST | Actualisé 06/02/2016 09:33 EST

Les dirigeants haïtiens s'entendent pour établir un gouvernement provisoire

HECTOR RETAMAL via Getty Images
President Michel Martelly addresses a meeting of an advisory commission December 9, 2014 in Port-au-Prince. The panel installed last week by Martelly recommended that Prime Minister Laurent Lamothe resign in the face of anti-government protests and a deepening political crisis. AFP PHOTO / Hector RETAMAL (Photo credit should read HECTOR RETAMAL/AFP/Getty Images)

PORT-AU-PRINCE _ Les hauts dirigeants haïtiens ont conclu une entente, samedi, concernant la mise en place d'un gouvernement provisoire moins de 24 heures avant que le président Michel Martelly ne quitte son poste, ont annoncé un représentant de l'Organisation des États américains (OEA) et les autorités locales.

En entrevue avec l'Associated Press, l'envoyé spécial de l'OEA Ronald Sanders a indiqué que le président intérimaire serait élu par le Parlement pour un mandat de 120 jours. Il a ajouté que le premier ministre Evans Paul resterait en poste jusqu'à ce que les députés puissent confirmer un premier ministre dans ces fonctions au cours de la prochaine semaine.

Le gouvernement de transition assurera la création d'un autre conseil électoral provisoire afin de conclure le cycle électoral amorcé l'an dernier. L'accord prévoit la tenue du deuxième tour des élections présidentielle et législative le 24 avril, alors que le président nouvellement élu serait assermenté le 14 mai pour cinq ans.

M. Sanders a déclaré que cette entente représentait un nouveau départ pour le pays. Il a précisé que le Parlement commencerait sous peu à accepter les nominations pour le président par intérim.

S'il est respecté, l'accord évitera un passage à vide après le départ de M. Martelly dimanche et fournira une marche à suivre pour permettre à un leader élu de prendre la relève du président sortant dans quelques mois.

Les manifestations menées par les partisans de l'opposition se sont toutefois poursuivies dans les rues de Port-au-Prince, samedi soir, et des actes violents récemment commis laissent croire qu'elles vont probablement continuer.

Les représentants de l'OEA ont organisé plus de 25 réunions depuis leur arrivée à Haïti dimanche passé, mais n'ont jamais discuté avec le candidat de l'opposition à la présidentielle, Jude Célestin, malgré les nombreuses invitations lancées par ce dernier. Selon Ronald Sanders, l'organisation a cependant rencontré d'autres membres de l'opposition.

Même si les résultats officiels lui avaient permis d'être en lice pour le second tour du scrutin, M. Célestin avait décidé de boycotter l'exercice durant lequel il devait affronter le successeur désigné de Michel Martelly, Jovenel Moïse.

Galerie photo Balade à Port-au-Prince Voyez les images