NOUVELLES
05/02/2016 05:53 EST | Actualisé 05/02/2017 00:12 EST

Une communauté autochtone du Nouveau-Brunswick s'oppose au pipeline Énergie Est

FREDERICTON — Le chef du Grand Conseil de la communauté Wolastoq, au Nouveau-Brunswick affirme que le projet d'oléoduc Énergie Est est trop risqué et que le Conseil s'y opposera.

Le Grand chef Ron Tremblay a annoncé la tenue d'une conférence de presse lundi où les mères de clans et d'autres membres du conseil de bande discuteront de leur responsabilité en matière de protection de leurs terres ancestrales non-cédées.

Le Grand Conseil revendique les droits sur les terres et les eaux de l'ensemble du bassin versant de du fleuve Saint-Jean, entre le fleuve Saint-Laurent et la Baie de Fundy.

Le chef Tremblay précise que les ancêtres de la communauté ont signé des traités de paix avec la couronne britannique mais n'ont jamais vendu ou cédé leurs droits sur quelque parcelle de territoire que ce soit.

Il affirme que le pipeline proposé, qui doit transporter le pétrole brut des sables bitumineux albertains à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, traverserait trop de cours d'eau et leurs tributaires.

Bien qu'il promette de s'opposer au pipeline, le chef Tremblay précise qu'il est encore trop tôt pour dire de quelle manière cette opposition se matérialisera.