NOUVELLES
05/02/2016 03:50 EST | Actualisé 05/02/2017 00:12 EST

Suède et Royaume-Uni doivent "appliquer" la décision de l'ONU (Assange)

Julian Assange a appelé vendredi le Royaume-Uni et la Suède à "appliquer" la décision du comité de l'ONU qui a jugé sa détention arbitraire et demandé sa libération.

Apparaissant lors d'une vidéo-conférence à Londres, le fondateur de Wikileaks a déclaré: "il revient maintenant à la Suède et au Royaume-Uni d'appliquer le verdict" du comité, qui est selon lui "une décision majeure".

Assange est réfugié depuis juin 2012 dans l'ambassade d'Equateur à Londres, de crainte d'être extradé vers la Suède où il est accusé de viol.

Un comité de l'ONU a appelé vendredi à mettre fin à sa "détention arbitraire" , une demande immédiatement rejetée par Londres et Stockholm.

M. Assange est apparu sur un écran géant lors d'une conférence de presse organisée par ses avocats, en cravate, rasé, et petite barbichette blanche comme ses cheveux.

Il a salué "une victoire significative qui m'a fait sourire" et affirmé que la décision de l'ONU était "légalement contraignante".

L'avocat Baltasar Garzon a pour sa part estimé qu'il s'agissait de "l'un des jugements les plus forts prononcés" par ce comité.

Selon un porte-parole de l'ONU, Xabier Celaya, interrogé par l'AFP, "la décision en elle-même n'est pas contraignante, mais elle l'est de façon indirecte". Les Etats "n'ont pas d'obligations à l'égard du groupe de travail, mais ils en ont à l'égard des conventions (..) ils sont liés par leurs propres lois et leurs engagements propres (..) c'est pourquoi la décision est indirectement contraignante", a-t-il souligné.

jph-fb/oaa/alc