NOUVELLES
05/02/2016 18:28 EST | Actualisé 05/02/2017 00:12 EST

Pour le Nouvel An au Vietnam, un gâteau spécial cuit 12 heures

Au Vietnam, le Nouvel An lunaire, dit Têt, serait incomplet sans un gâteau de riz spécialement cuisiné pour cette fête pendant laquelle tout s'arrête au Vietnam.

Alors que le Nouvel An tombe lundi, comme le Nouvel an chinois, la préparation des fameux banh chung bat déjà son plein.

Le gâteau, garni de riz et de porc macérés dans une feuille, doit bouillir pendant douze heures.

Selon la légende, le premier banh chung a été cuisiné il y a plusieurs millénaires par un prince vietnamien soucieux d'impressionner son père et de lui prouver qu'il était digne de lui succéder.

Si la tradition veut que les familles contemporaines cuisinent elles-mêmes ce gâteau traditionnel, les étals des marchands en sont déjà garnis à Hanoï.

Depuis plusieurs années, les rumeurs reviennent à chaque Têt: des marchands peu scrupuleux jetteraient des piles dans l'eau du bouillon pour raccourcir le délai de cuisson de 12 heures - éprouvant pour les nerfs et vorace en énergie.

La télévision d'Etat du régime communiste est allée jusqu'à diffuser cette année une expérience montrant que jeter des piles dans l'eau de cuisson était inutile, en plus d'être dangereux pour la santé.

La chaîne a appelé les téléspectateurs à dénoncer tout marchand de banh chung se livrant à l'expérience.

"Je n'achèterai jamais de banh chung", explique Tran Thi Tam, 89 ans, qui a encore cette année préparé des gâteaux elle même pour le repas de Têt qu'elle s'apprête à servir à ses enfants.

Les célébrations de Têt, qui riment avec une paralysie du pays pendant une semaine, sont l'occasion de se retrouver en famille au Vietnam, comme en Chine.

Les rituels associés à la fête sont nombreux, de la décoration des maisons avec des arbres à kumquats au traditionnel "bonus" versé aux salariés.

C'est aussi une période où les morts sur les routes sont légions, entre consommation d'alcool et déplacements de masse.

tmh-dth/mf