POLITIQUE
05/02/2016 11:51 EST | Actualisé 05/02/2016 12:02 EST

Équité salariale : des députées conservatrices expliquent pourquoi elles ont voté contre la motion

OTTAWA – Des députées conservatrices qui ont voté contre la motion pour l’équité salariale disent que les hommes et les femmes devraient recevoir un salaire égal à travail égal.

Mercredi, la critique du NPD sur la Condition féminine, Sheila Malcolmson, a fait adopter une motion spéciale avec tous les partis à la Chambre des communes, sauf le Parti conservateur du Canada.

Tous les députés, dont la chef par intérim Rona Ambrose, ont voté contre la motion. Des femmes bien en vue dans le parti, comme la porte-parole des Finances Lisa Raitt, la porte-parole en Immigration Michelle Rempel et la porte-parole en Santé Kellie Leitch, ont toutes voté contre.

Lisa Raitt et Michelle Rempel ont voté contre la motion du NPD. (Photo: La Presse Canadienne)

Rempel, qui s’est souvent prononcée sur l’égalité des sexes et le sexisme, a dit au Huffington Post Canada jeudi que son parti appuyait les « deux premiers principes » de la motion du NPD.

Ces principes appellent le gouvernement à prendre des actions pour réduire l’écart de rémunération entre les hommes et les femmes et reconnaître l’équité salariale comme un droit.

"Selon moi, ce serait un excellent dossier pour le comité de la condition féminine." - Michelle Rempel

La députée de Calgary Nose Hill était contre la création d’un nouveau comité composé de 10 membres. À son avis, un tel groupe existe déjà à Ottawa.

« Selon moi, ce serait un excellent dossier pour le comité de la condition féminine, dans lequel nous investissons déjà des ressources », a expliqué Michelle Rempel.

Elle se dit également « surprise par le timing de cette motion », considérant que ledit comité de la condition féminine ne s’est pas encore réuni.

« Est-ce que la ministre de la Condition féminine pense que la Chambre devrait utiliser des ressources additionnelles pour un comité séparé? » a questionné la députée albertaine.

Pour sa part, Lisa Raitt a accusé le NPD d’avoir utilisé cette motion pour mal faire paraître l’ancien gouvernement conservateur.

La députée ontarienne a expliqué sa position à l’émission Power Play de CTV, mercredi soir. Tout comme Rempel, elle dit que les conservateurs soutiennent le principe d’équité salariale, mais veut que le comité existant prenne ce dossier en charge.

"Toute ma vie, je me suis battue pour [l’équité salariale]. Cela ne fait aucun doute." - Lisa Raitt

Il y a six ans, le gouvernement conservateur a fait adopter la Loi sur l’équité dans la rémunération du secteur public, qui interdit aux femmes d’avoir recours à l’aide de leur syndicat dans des causes reliées à l’équité salariale.

« Nous défendons nos idéaux », a fait valoir Raitt, ajoutant que ces changements dans le processus des plaintes a garanti des résultats pour les femmes.

Raitt dit que son parti a « poliment » demandé au NPD de modifier sa motion afin de voter en faveur, sans succès. « Toute ma vie, je me suis battue pour [l’équité salariale]. Cela ne fait aucun doute », a-t-elle dit.

Le site iPolitics rapporte mercredi qu’ils ont voulu amender une partie de la motion qui demandait la création d’un nouveau comité ainsi que l’implémentation d’une série de recommandations sur l’équité salariale.

Le député du NPD, Nathan Cullen, a répliqué dans l’émission de CTV que ces modifications auraient vidé la motion de sa substance.

Selon un rapport du Forum économique mondial, le Canada se classe 80e sur 130 pays en ce qui a trait à l’équité salariale entre les sexes. Raitt dit que cette statistique lui déplait également.

Mais la députée blâme les néodémocrates pour cette motion qui n’a pas eu un appui unanime de la Chambre.

Cet article initialement publié sur le Huffington Post Canada a été traduit de l’anglais par Catherine Lévesque.

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Les anciens ministres de Harper défaits à l'élection 2015 Voyez les images