NOUVELLES
05/02/2016 09:31 EST | Actualisé 05/02/2017 00:12 EST

Michel Therrien a apporté des précisions à ses propos de mercredi

BROSSARD, Qc — C'est une chose que d'avouer que le Canadien aura du pain sur la planche s'il espère prolonger sa saison au-delà du 9 avril. C'en est une autre de croire que les joueurs et la direction ont hissé le drapeau blanc. Michel Therrien s'est chargé de le rappeler, vendredi midi.

Moins de 48 heures après avoir affirmé sans détour qu'il sera très difficile pour l'équipe de se tailler une place en séries — le tout en moins de 15 mots — l'entraîneur-chef du Canadien a pris presque deux minutes pour situer ses propos dans un contexte plus général.

Au passage, il a déploré l'interprétation qui a pu être faite de cette désormais célèbre phrase.

Après avoir occupé, après les rencontres du 1er décembre, le sommet du classement général de la LNH, le Canadien s'est engagé dans une glissade incontrôlable qui l'a fait chuter au 12e rang dans l'Association Est, à six points du huitième échelon détenu par les Devils du New Jersey.

Le Canadien a perdu ses quatre derniers matchs — chaque fois contre des équipes qui seraient éliminées des séries si la saison était terminée — et il n'a pas gagné devant ses partisans depuis le 6 janvier, alors qu'il avait vaincu les Devils.

Il aura une opportunité d'interrompre ces deux séquences samedi après-midi contre Connor McDavid, Taylor Hall et les jeunes et talentueux Oilers d'Edmonton.

«Nous sommes très conscients, quand nous commençons une saison, que c'est très dur de participer aux séries éliminatoires. C'est un accomplissement pour chaque équipe. Tous les morceaux du casse-tête doivent tomber à la bonne place. Il y a beaucoup de bonnes équipes, et il y a beaucoup de parité», a d'abord observé Therrien.

«Dans la situation dans laquelle nous sommes, est-ce que ce sera encore plus difficile? C'est sûr!, a-t-il enchaîné. C'est comme dans les séries éliminatoires. Lorsque tu accuses un recul de 1-3, c'est très difficile de gagner la série. Est-ce que ça se fait? C'est sûr que ça se fait. Nous sommes dans cette position-là. Si quelqu'un doute présentement de notre intensité, de notre volonté de performer et de 'compétitionner' pour arracher une victoire demain, je serais extrêmement déçu.»

Lors de son exposé, Therrien a aussi mentionné qu'il est essentiel de fixer des objectifs à court terme.

«Pour nous, il ne faut pas regarder trop loin; il faut seulement se concentrer sur le match de demain. Pour nous, demain, c'est le match le plus important. Puis après, ce sera le prochain. C'est l'attitude que nous devons avoir, et c'est l'attitude que nous avons. Mais je sens quand même l'ambiance au sein de notre groupe. L'attitude est très bonne. Nous avons eu un bon entraînement (vendredi), nous avons travaillé sur des choses sur lesquelles nous avions besoin de travailler pour nous assurer d'avoir une chance de gagner demain. Et c'est ça qui est le plus important.»