NOUVELLES
05/02/2016 03:33 EST | Actualisé 05/02/2017 00:12 EST

Les frappes aériennes russes en Syrie "minent" le processus de paix, accuse l'Otan

Les frappes aériennes russes, qui "visent principalement les groupes d'opposition en Syrie, minent les efforts pour trouver une solution politique" au conflit syrien, a accusé vendredi le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg.

"En outre, le renforcement de la présence russe, son activité aérienne intense en Syrie causent aussi des tensions accrues et des violations de l'espace aérien turc", a-t-il dénoncé lors de son arrivée à une réunion des ministres de la Défense de l'Union européenne à Amsterdam.

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a lancé une nouvelle charge contre le régime syrien et ses alliés, la Russie et l'Iran, en arrivant à Amsterdam pour la suite de cette réunion informelle.

"La réalité c'est que M. Bachar al-Assad est soutenu par la Russie et par l'Iran d'ailleurs aussi, au travers du Hezbollah, et c'est en train de torpiller complètement les négociations de Genève", a déclaré M. Fabius, à propos de la suspension des pourparlers de paix mercredi.

"Il ne peut pas y avoir de discussion politique si l'un des camps est en train d'assassiner l'autre!", s'est-il indigné.

"Il faut revenir à la table et respecter les obligations humanitaires, arrêter de massacrer la population, de la bombarder et de faire le siège de villes avec des centaines de milliers de gens qui sont affamés. Ca c'est la responsabilité de M. Bachar al-Assad mais M. Bachar al-Assad, tout le monde le sait, est soutenu en particulier par les Russes", a asséné l'ancien Premier ministre français.

M. Stoltenberg avait auparavant exhorté "au calme et à la désescalade, ainsi qu'à une solution politique en Syrie".

La récente intensification de la campagne russe, avec plus d'un millier de raids menés depuis lundi, a permis aux forces du régime d'avancer vers Alep.

"Ceci crée des risques, augmente les tensions et c'est bien sûr un défi pour l'Otan", notamment en raison des incursions de l'aviation russe dans l'espace aérien de la Turquie, membre de l'Otan, a insisté M. Stoltenberg.

"Le renforcement substantiel militaire de la Russie en Syrie et en Méditerranée orientale est en train faire bouger l'équilibre stratégique" de la région, a estimé le patron de l'Alliance atlantique.

"L'Otan soutient fortement tous les efforts pour trouver une solution politique au conflit en Syrie", a-t-il rappelé, alors que les pourparlers de paix à Genève, qui avaient péniblement démarré, ont été suspendus jusqu'au 25 février.

Le Conseil de sécurité de l'ONU tient vendredi des consultations sur la Syrie, où le régime Assad, appuyé par l'aviation russe, a intensifié son offensive contre la ville d'Alep, provoquant l'exode de dizaines de milliers de civils.

axr/mad/at