NOUVELLES
04/02/2016 23:44 EST | Actualisé 04/02/2017 00:12 EST

Le régime syrien appuyé par Moscou reprend une nouvelle cité clé au Sud (ONG)

Les troupes du régime syrien ont repris vendredi, avec l'aide cruciale de l'aviation russe, une nouvelle localité clé aux rebelles dans la province méridionale de Deraa, selon une ONG syrienne.

L'armée du président syrien Bachar al-Assad, soutenue par l'aviation russe, des combattants du Hezbollah libanais ainsi que par des miliciens syriens et étrangers, a repris la localité d'Atmane, située à deux km seulement au nord de Deraa, le chef-lieu de la province du même nom, a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

"C'est à partir d'Atmane que les rebelles menaient des attaques contre Deraa, d'où l'importance de ce succès pour le régime", a expliqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

Après plus de 80 raids russes en 48 heures et de violents combats, l'armée en a chassé les rebelles, dont des islamistes, d'après l'Observatoire qui a fait état de 10 morts parmi les insurgés.

Le régime tente de reconquérir la totalité de la ville de Deraa, berceau de la révolte contre le président Bachar al-Assad en 2011 et divisée entre armée et rebelles.

Ce nouveau succès de l'armée intervient moins de deux semaines après avoir reconquis le 25 janvier la ville carrefour de Cheikh Miskine, au nord d'Atmane.

"L'armée renforce ainsi ses positions au nord de la ville de Deraa et il ne lui reste plus que Daël et Ibtaa", localités situées entre Cheikh Miskine et Atmane, selon M. Abdel Rahmane.

En prenant Cheikh Miskine, près de la frontière jordanienne, le régime a enregistré une victoire clé, cette ville étant un carrefour stratégique menant au nord à Damas et à l'est à la ville de Soueida, toutes deux aux mains du régime.

La majorité de la province de Deraa reste toutefois contrôlée par les rebelles dont ceux du Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda.

Ces succès du régime sont rendus possibles par l'intervention militaire depuis le 30 septembre de la Russie, alliée indéfectible du régime Assad.

Ce soutien russe a permis aux troupes de progresser également à Alep (nord) et à Lattaquié (nord-ouest).

ram/tp/iw