NOUVELLES
05/02/2016 08:34 EST | Actualisé 05/02/2017 00:12 EST

Grèce: les policiers manifestent à leur tour contre la réforme des retraites

Plus de 2.000 policiers, garde-côtes et pompiers, la plupart en uniforme, ont manifesté vendredi soir dans le centre d'Athènes contre le projet de réforme des retraites réclamé au gouvernement par les créanciers du pays, a constaté l'AFP.

Deux députés du parti néonazi Aube Dorée, dont son numéro deux, Ilias Kasidiaris, se sont joints pendant un moment au cortège, parti du centre-ville pour rejoindre le Parlement. Un député de l'opposition communiste était aussi présent, ont indiqué les médias grecs.

Cette manifestation intervient au lendemain d'une grève générale contre la réforme des retraites marquée par des défilés ayant réuni plus de 50.000 personnes à Athènes et Salonique, auxquels les policiers n'avaient pas pu participer, tenus par leurs fonctions.

"Nous protégeons la société, l'État nous trahit", mentionnait l'une des banderoles brandies par les manifestants, venus de tout le pays.

Dans la matinée, une vingtaine de policiers en uniforme avaient mené une action surprise devant le palais gouvernemental, où siège le Premier ministre de gauche Alexis Tsipras, s'alignant devant la grille avant de brandir des panonceaux. "Alexis, pourquoi tues-tu ton peuple?" proclamait l'un d'entre eux.

Le groupe a été repoussé par leurs collègues de garde sur place.

Le gouvernement grec, qui s'est engagé à promouvoir cette réforme exigée par les créanciers du pays, fait face à sa plus forte épreuve sociale depuis son arrivée au pouvoir il y à un an, confronté à une mobilisation qui va des agriculteurs aux notaires, en passant par les salariés du privé et public.

Le projet prévoit d'épargner les pensions actuelles, déjà rabotées à onze reprises depuis le début de la crise grecque, mais en augmentant les cotisations et en réduisant les pensions à venir.

lg-cb/mr