POLITIQUE
05/02/2016 10:28 EST | Actualisé 05/02/2016 12:07 EST

Justin Trudeau sera présent aux funérailles des victimes de l'attentat du Burkina Faso

TORONTO, ON- NOVEMBER 27  -   Liberal Party of Canada Leader Justin Trudeau spoke on the accomplishments of South Asians in the law field. At the South Asian Bar Association's Annual Awards Gala at  the Royal York Hotel in Toronto. November 27, 2014.        (Steve Russell/Toronto Star via Getty Images)
Steve Russell via Getty Images
TORONTO, ON- NOVEMBER 27 - Liberal Party of Canada Leader Justin Trudeau spoke on the accomplishments of South Asians in the law field. At the South Asian Bar Association's Annual Awards Gala at the Royal York Hotel in Toronto. November 27, 2014. (Steve Russell/Toronto Star via Getty Images)

OTTAWA – Le premier ministre du Canada a confirmé sa présence aux funérailles des victimes de l’attentat du Burkina Faso, samedi.

Justin Trudeau sera accompagné de ses deux députés de la région de Québec, Jean-Yves Duclos et Joël Lightbound, afin d’offrir « au nom de l’ensemble des Canadiens, leurs sympathies les plus sincères aux familles des victimes ».

Les députés conservateurs Joël Godin, Gérard Deltell, Pierre Paul-Hus et Alupa Clarke seront également présents, a confirmé le parti.

Ils se rendront aux funérailles communes de Maude Carrier, Louis Chabot, Gladys Chamberland, Yves Carrier et Charlelie Carrier, ainsi qu’à la cérémonie en l’honneur de Suzanne Bernier. Sa famille a préféré organiser des funérailles à part.

En point de presse, vendredi, Trudeau s’est défendu de ne s’être pas rendu à Québec plus tôt. « Je continue d’être ouvert et présent à travers le pays », a-t-il répondu, en réponse aux conservateurs qui l’accusent d’avoir visité une mosquée à la suite de l’attentat.

Le premier ministre a été la cible de critiques dans les derniers jours. La mère de Maude Carrier a dit qu’elle avait « honte » que le Canada ne participe pas aux combats contre l’État islamique.

« Je suis révoltée de voir notre premier ministre, comme d’habitude, avec des formules creuses, des lieux communs, des choses qu’on utilise pour être poli, convenant, de l’entendre condamner ce qui s’est passé, et de savoir qu’il ne participe pas aux combats », avait-elle dit à Radio-Canada.

Le conjoint de Maude Carrier, lui, a raccroché au nez de Justin Trudeau lorsqu’il lui a présenté ses condoléances deux jours après les faits.

« Mon premier ministre m’a appelé dans une formule tout à fait "cassette", me souhaitant bonne chance et ses condoléances. Il m’a sorti la cassette comme quoi c’était une fierté canadienne, et là je lui ai demandé d’arrêter son blabla politique », a-t-il affirmé au micro de Paul Arcand.

Les corps des six victimes ont été rapatriés au pays la semaine dernière. Le gouvernement du Québec a fait savoir qu’il s’occuperait de tout.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter