NOUVELLES
04/02/2016 09:32 EST | Actualisé 04/02/2017 00:12 EST

Ukraine: Lagarde "inquiète" de la corruption après la démission d'un ministre

La directrice générale du FMI Christine Lagarde a fait part jeudi de son "inquiétude" après la démission surprise du ministre ukrainien de l'Economie qui pourrait être révélatrice de failles de la lutte anti-corruption dans le pays.

"L'annonce récente de sa démission est une source d'inquiétude", a déclaré la dirigeante au sujet d'Aivaras Abromavicius qui a claqué la porte du gouvernement ukrainien mercredi en dénonçant des entraves aux réformes.

En poste depuis décembre 2014, le ministre, pièce centrale de la lutte anti-corruption, s'est notamment plaint des tentatives d'imposer des personnes "douteuses" dans son équipe et à des postes clés dans les entreprises publiques.

"Si les allégations faites dans sa démission sont exactes, c'est un signe clair que les mesures anti-corruption promises par le gouvernement ne fonctionnent pas encore", a déclaré Mme Lagarde lors d'une conférence de presse "virtuelle" diffusée sur le site du FMI.

Son institution est le principal bailleur de fonds de l'Ukraine, pays en grave crise économique à qui elle a accordé un plan d'aide massif de 17,5 milliards de dollars conditionné à un plan de réformes économiques.

"S'agissant de la corruption, beaucoup de travail reste à faire. Il faut que les (réformes, ndlr) soient mises en oeuvre de manière rigoureuse", a déclaré la dirigeante, en adressant une mise en garde voilée à Kiev qui doit recevoir l'onction du FMI pour continuer à recevoir ses prêts.

"Les autorités ukrainiennes ne doivent pas seulement rendre des comptes à la population ukrainienne mais également à la communauté internationale", a indiqué Mme Lagarde.

jt/jld/are