NOUVELLES
04/02/2016 08:03 EST | Actualisé 04/02/2017 00:12 EST

Tragédie de Lac-Mégantic : la souffrance de la population s'accentue

Deux citoyens de Lac-Mégantic sur trois présentent des manifestations de stress post-traumatique plus de deux ans après qu'un train ait déraillé au centre-ville et tué 47 personnes. C'est ce qui ressort de la seconde Enquête de santé populationnelle estrienne portant sur l'impact de la tragédie du 6 juillet 2013.

Au total, 1600 personnes (800 dans la MRC du Granit - dont 261 à Lac-Mégantic- et 800 ailleurs en Estrie) ont participé à cette enquête menée par la Direction de santé publique de l'Estrie. Les résultats démontrent que divers problèmes de santé globale et psychologique sont plus fréquents à Lac-Mégantic qu'ailleurs dans la MRC du Granit ou en Estrie. 

« On observe très peu d'amélioration et même parfois une détérioration de l'état de santé par rapport à ce qui avait observé un an après la tragédie », explique la directrice de santé publique de l'Estrie, Dre Mélissa Généreux. Cette dernière rappelle que les enjeux relatifs à la santé ne concernent pas uniquement les victimes directes de la tragédie, mais bien l'ensemble de la communauté de Lac-Mégantic. 

Entre autres grandes observations, l'étude démontre que les troubles anxieux sont deux fois plus fréquents à Lac-Mégantic qu'ailleurs en Estrie (14 % contre 7 %). Aussi, on note que la consultation de psychologues ou de travailleurs sociaux a diminué de moitié depuis 2014. En 2015, 16 % des gens affectés par la tragédie ont consulté une telle ressource au cours de l'année. 

L'étude démontre qu'il y a une tendance à l'augmentation du sentiment d'insécurité à Lac-Mégantic depuis 2014. À l'heure actuelle, une personne sur huit ne se sent pas en sécurité dans son quartier alors qu'ailleurs en Estrie, il n'y a que 2 % de la population qui vivent la même insécurité. 

Pour voir le graphique sur un appareil mobile, cliquez ici : Symptômes les plus rapportés

La santé publique poursuivra ses efforts

La direction du CIUSSS de l'Estrie - CHUS entend continuer à s'impliquer auprès de la population. « Comme cette tragédie est sans précédent, il faut ajuster l'offre de service afin d'assurer la quiétude et le bien-être de cette communauté », affirme le directeur général adjoint aux programmes sociaux et de réadaptation du CIUSSS de l'Estrie - CHUS, Carole Fillion. 

D'ailleurs, une journée de réflexion collective est en cours de préparation et aura lieu en mars prochain. La population, les groupes communautaires et les élus seront conviés pour trouver un plan de match efficace qui verra à ajuster les services cliniques et communautaires.