POLITIQUE
04/02/2016 10:37 EST | Actualisé 04/02/2016 10:43 EST

Rona : Couillard prône une économie ouverte (VIDÉO)

QUÉBEC _ Le Québec doit favoriser une économie ouverte aux marchés étrangers, a commenté le premier ministre Philippe Couillard jeudi, au lendemain de l'acquisition du quincailler Rona par l'américaine Lowe's.

Interrogé à savoir si cette perte d'une entreprise québécoise aux mains d'étrangers était une bonne ou une mauvaise chose pour le Québec, M. Couillard a évité de se prononcer directement, contrairement à sa ministre de l'Économie, Dominique Anglade, qui jugeait mercredi que la transaction serait "bénéfique" pour le Québec.

C'est la première fois que M. Couillard commentait l'acquisition controversée, au coût de 3,2 milliards $, du quincailler québécois par l'américaine Lowe's.

En marge d'une réunion de deux jours du caucus libéral, en préparation de la rentrée parlementaire, M. Couillard n'a pas remis en question la pertinence de la transaction, conclue de manière consensuelle entre les deux parties, a-t-il fait valoir.

Il a invité les entreprises québécoises à conquérir les marchés étrangers.

M. Couillard a ajouté que l'achat de Rona par Lowe's se produisait dans un contexte totalement différent de l'épisode de 2012, alors que le gouvernement libéral s'était opposé à une première tentative avortée de prise de contrôle hostile de Rona par Lowe's.

Sans élaborer, le premier ministre s'est dit tout de même "préoccupé" par d'éventuelles conséquences de cette acquisition pour les familles, les travailleurs et les fournisseurs de Rona.

Il a rejeté du revers de la main les virulentes critiques du chef péquiste Pierre Karl Péladeau et du chef caquiste François Legault, estimant que tous deux souhaitaient faire reculer le Québec au siècle précédent, en s'opposant à cette transaction.

INOLTRE SU HUFFPOST