NOUVELLES
04/02/2016 06:56 EST | Actualisé 04/02/2017 00:12 EST

Pays-Bas: l'assassin présumé d'une ex-ministre dit l'avoir tuée à cause de la loi sur l'euthanasie

L'assassin présumé de l'ex-ministre néerlandaise de la Santé Els Borst a avoué jeudi l'avoir tuée début 2014 pour son rôle dans l'adoption de la première loi sur l'euthanasie au monde, entrée en vigueur aux Pays-Bas en 2002, ont rapporté les médias néerlandais.

Membre du parti progressiste D66, Els Borst a été ministre de la Santé et vice-Premier ministre des Pays-Bas de 1994 à 2002. C'est sous son égide que les Pays-Bas sont devenus le premier pays au monde à légaliser l'euthanasie.

Elle avait été retrouvée morte dans son garage, tuée de plusieurs coups de couteau, en février 2014 à l'âge de 81 ans.

Lors d'une audience à huis-clos en amont de son procès devant le tribunal de Rotterdam, qui doit débuter en mars, le tueur présumé a affirmé que le meurtre de Mme Borst était "une mission divine", a rapporté la télévision publique néerlandaise NOS.

L'homme, identifié par les médias locaux comme Bart van U., avait jusqu'à présent fait usage de son droit au silence, selon la même source.

Issu d'un milieu chrétien traditionaliste, il avait déjà avoué le meurtre de sa propre soeur perpétré en 2015, a rapporté de son côté l'agence de presse ANP.

Els Borst était médecin de formation et réputée pour ses positions progressistes et libérales sur de nombreux sujets liés aux soins de santé.

ndy/jkb/cel