NOUVELLES
04/02/2016 06:56 EST | Actualisé 04/02/2017 00:12 EST

Obama reçoit Santos, la paix en Colombie au coeur des débats

Les Etats-Unis ont injecté des milliards de dollars dans un Colombie déchirée par un conflit sanglant. Jeudi, le président colombien Juan Manuel Santos devait demander à Barack Obama de l'aider à financer la paix.

Le président américain reçoit son homologue colombien dans le Bureau ovale à l'occasion du 15e anniversaire du Plan Colombie, programme bilatéral de coopération contre le trafic de drogue.

Le plan, lancé par Bill Clinton et poursuivi par George W. Bush, est donné en exemple à Washington comme la réussite d'une initiative au-delà des clivages politiques qui a contribué à stabiliser un pays désormais considéré comme l'une des démocraties les plus dynamiques d'Amérique latine.

"La visite de M. Santos est l'occasion de mettre en lumière l'un des plus importants succès de politique étrangère des Etats-Unis", a souligné Mark Feierstein, du Conseil de sécurité nationale (NSC).

Les Etats-Unis ont versé quelque dix milliards de dollars d'aide au gouvernement colombien dans le cadre de ce plan centré sur la lutte contre le trafic de drogue et le renforcement de institutions.

En Colombie, le plan ne fait cependant pas l'unanimité, ses détracteurs dénonçant en particulier les violations des droits de l'homme qui ont marqué cette période.

La rencontre entre les deux dirigeants vise à marquer le début d'une nouvelle phase: les efforts de paix en cours pourraient aboutir à la signature d'un accord d'ici le 23 mars.

Le gouvernement colombien et la guérilla des Farc mènent depuis trois ans des négociations destinées à mettre fin à plus de 50 ans d'un conflit armé qui a fait plus de 220.000 morts, des dizaines de milliers de disparus et au moins six millions de déplacés.

Un nouveau Plan Colombie destiné à consolider la paix est en préparation, avec en particulier comme objectif la mise en place d'un fonds de soutien aux guérilleros désarmés.

Après des années de réduction de l'aide américaine, le président colombien demandera plus d'aide à M. Obama pour aborder cette nouvelle phase.

Selon M. Feierstein, le budget 2017 que l'administration doit présenter la semaine prochaine représentera "une hausse par rapport aux années précédentes" et "démontrera notre intention d'aider la Colombie à réussir la mise en place de son plan de paix".

Certains appellent aussi les Etats-Unis à contribuer au processus de paix en participant à un débat plus large sur son propre rôle dans cette longue guerre.

Selon Virginia Bouvier, de l'Institute of Peace, Washington pourrait faire un effort de transparence en déclassifiant les documents sur cette période.

"Nous encourageons d'autres pays à chercher la vérité comme mécanisme nécessaire pour la stabilité et la justice. Je pense que nous devons aussi nous pencher sur nos actes et faire notre propre examen de conscience", a-t-elle estimé.

arb-jca/elc