NOUVELLES
04/02/2016 05:13 EST | Actualisé 04/02/2016 05:13 EST

Catastrophe ferroviaire: les Méganticois souffrent encore

Deux ans et demi après la catastrophe ferroviaire de Lac-Mégantic, qui avait fait 47 morts et détruit le centre-ville de la municipalité, la tragédie brûle toujours l'âme de nombreux Méganticois.

L'Enquête de santé populationnelle estrienne (ESPE), dévoilée jeudi, démontre que la santé psychologique de la population de Lac-Mégantic est toujours affectée sévèrement par la tragédie du 6 juillet 2013. Certains indicateurs démontrent même une détérioration de la situation.

Ainsi, on constate que les troubles anxieux sont deux fois plus fréquents à Lac-Mégantic qu'ailleurs en Estrie (14 pour cent contre 7 pour cent des répondants) et que la détresse psychologique y touche environ une personne sur trois, comparativement à une personne sur cinq ailleurs dans la région.

De plus, les deux tiers des citoyens de la ville (67 pour cent) présentent des manifestations modérées ou sévères de stress post-traumatique, une réalité quasi inexistante dans le reste de la région.

Les Méganticois sont presque deux fois plus nombreux à se percevoir en mauvaise santé qu'ailleurs en Estrie et, fait inquiétant, alors que la proportion de citoyens ayant cette perception négative de leur santé diminue partout dans la région, elle a augmenté de façon significative entre 2014 et 2015 à Lac-Mégantic.

Un adulte sur six dans la municipalité rapporte une augmentation de sa consommation d'alcool, ce qui représente le double de ce que l'on retrouve à l'échelle régionale.

Paradoxalement, malgré ce mal de vivre, on note que la consultation de psychologues ou de travailleurs sociaux a diminué de moitié entre 2014 et 2015 à Lac-Mégantic.

Parmi les autres données de l'Enquête, on note que la proportion d'adultes qui ne se sentent pas en sécurité dans leur quartier est en forte hausse, passant de 8 pour cent en 2014 à 13 pour cent en 2015.

La Direction régionale de la santé publique présente également dans le même document un portrait de santé psychologique de la clientèle suivie par l'équipe psychosociale de rétablissement, mise sur pied après la tragédie, soit les personnes les plus touchées par les événements de l'été 2013.

On y apprend que les deux tiers des personnes suivies souffrent d'anxiété, de tristesse et de troubles du sommeil, plus de la moitié sont encore aux prises avec des souvenirs récurrents de la tragédie et près de la moitié démontrent de la fatigue excessive et de l'hypervigilance (un comportement exagéré visant à détecter les menaces accompagné d'une angoisse pouvant causer de l'épuisement).

Ces personnes rapportent également des problèmes interpersonnels, de l'hypersensibilité et de l'isolement, entre autres.

Sans surprise, les auteurs de ce bulletin de santé concluent que les ressources et les efforts de soutien à la communauté de Lac-Mégantic doivent être maintenus. Ils recommandent même que la santé psychologique des Méganticois soit prise en considération dans le cadre de l'étude de faisabilité d'une voie de contournement de la ville pour la circulation ferroviaire.

Le 6 juillet 2013, un convoi de 72 wagons-citernes transportant du pétrole brut et de cinq locomotives de la compagnie Montreal, Maine & Atlantic s'était mis à dévaler la pente au haut duquel il était stationné pour atteindre une vitesse beaucoup trop élevée qui l'a fait dérailler dans le centre-ville de Lac-Mégantic. Cinq wagons-citernes avaient explosé, causant un gigantesque incendie en plein coeur de la ville et forçant l'évacuation d'environ 2000 personnes.

Galerie photo Explosion d'un train à Lac-Mégantic Voyez les images