NOUVELLES
04/02/2016 02:50 EST | Actualisé 04/02/2017 00:12 EST

Budget portugais: "il reste encore du travail" (Moscovici)

Les dernières propositions du gouvernement portugais pour amender son projet de budget 2016 "vont dans le bon sens" mais "il reste encore du travail" avant de pouvoir annoncer un accord, peut-être vendredi, a déclaré jeudi Pierre Moscovici, commissaire européen chargé de l'Economie.

"Ces dernières heures et même ces dernières minutes, les autorités portugaises ont fait des propositions qui vont dans le bon sens mais que nous devons encore analyser en détail", a dit M. Moscovici lors d'une conférence de presse à Bruxelles.

"Il reste encore du travail aujourd'hui, j'espère que nous arriverons à un accord dans les prochaines heures (...) il est trop tôt pour vous donner notre évaluation, trop tôt pour annoncer un accord car nous sommes en discussions", a-t-il ajouté.

Bruxelles et Lisbonne s'écharpent actuellement sur l'avant-projet de budget pour 2016 établi par la gauche portugaise au pouvoir, la Commission lui reprochant de ne pas respecter ses exigences notamment en terme de déficit. Elle doit se prononcer officiellement sur ce sujet à l'issue d'une réunion extraordinaire prévue vendredi après-midi.

Mercredi, sous la pression de Bruxelles, le gouvernement portugais a revu à la baisse son objectif de déficit public pour 2016, à 2,4% du Produit Intérieur Brut (PIB) contre 2,6% annoncés deux semaines auparavant. Le nouvel exécutif socialiste, allié à la gauche radicale, a aussi corrigé sa prévision de croissance économique à 1,9% pour cette année contre 2,1% précédemment, une estimation que Bruxelles avait jugée trop optimiste.

Selon les règles européennes, si la Commission souhaite émettre "une opinion négative" sur un projet de budget -au cas où le budget ne respecte pas les règles du tout-- elle a deux semaines pour le faire après réception du projet de budget et doit donc s'exprimer au plus tard vendredi (dans le cas portugais).

En revanche, si la Commission estime ne pas devoir émettre d'opinion négative, mais a juste des doutes, elle a alors six semaines pour le dire (à compter de la réception du budget par la Commission qui était le 22 janvier dans le cas portugais).

Parlant d'un travail "très intense" avec les Portugais dont il a salué "la bonne volonté", Pierre Moscovici a aussi insisté jeudi: "ce que nous voulons les uns et les autres, c'est que les règles soient respectées par le gouvernement portugais".

S'exprimant à l'occasion de la présentation des prévisions économiques d'hiver de la Commission européenne, il a relevé que celles concernant le Portugal ne tenaient pas compte des dernières discussions sur le budget et a invité à les utiliser "avec une grande prudence".

D'après ces prévisions, la croissance au Portugal ne devrait être que de 1,6% en 2016, contre 1,7% attendu précédemment. La Commission prévoit par ailleurs un déficit public de 3,4% du PIB cette année, après un déséquilibre de 4,2% en 2015, aggravé à hauteur de 1,2 point de pourcentage par le sauvetage de la banque Banif.

bur-mad/clp/ros