NOUVELLES
03/02/2016 03:16 EST | Actualisé 03/02/2016 03:21 EST

Zika: Héma-Québec implante un nouveau critère d'admissibilité des donneurs

ASSOCIATED PRESS
In this Aug. 20, 2013, photo, technician Greg Snyder, left, inserts a needle into a vein on Gina Hohenstaff's arm as she donates blood in an Indiana Blood Center Bloodmobile in Indianapolis. The nation’s blood-collection system has undergone a dramatic change from just a decade ago, when agencies that oversee the blood supply worried whether they could keep up with the needs of an aging population. Now, blood banks are making fewer but more targeted appeals for donations and reducing the size of their operations. (AP Photo/Michael Conroy)

MONTRÉAL _ Héma-Québec implante une nouvelle mesure pour assurer la sécurité des produits sanguins en raison des risques associés au virus Zika, de même qu'à d'autres infections comme la fièvre dengue et le chikungunya.

À partir de dimanche, les donneurs de sang qui reviendront d'un séjour à l'étranger devront ainsi répondre à un nouveau critère d'admissibilité. Toute personne qui aura séjourné dans une destination autre que la portion continentale des États-Unis ou de l'Europe devra attendre 21 jours après son retour au Canada avant de faire un don de sang.

Héma-Québec estime que cette mesure de précaution permettra d'éviter que des personnes pouvant avoir contracté ces virus dans les pays touchés puissent faire un don alors qu'elles sont encore porteuses du virus. Cela peut être le cas pendant quelques jours suivant leur retour de voyage.

Le directeur des relations publiques d'Héma-Québec, Laurent Paul Ménard, s'attend à ce que l'adoption de cette mesure n'ait aucune incidence sur le niveau de la réserve collective de sang de l'organisme. Il estime que moins de deux pour cent des donneurs seront visés par cette exclusion.

Galerie photo Ce que vous devez savoir sur le virus Zika Voyez les images