NOUVELLES
03/02/2016 11:28 EST | Actualisé 03/02/2017 00:12 EST

Washington a augmenté le nombre de militaires déployés en Irak

L'administration américaine a augmenté récemment à 3.870 le nombre de militaires déployés en Irak pour soutenir Bagdad dans son combat contre le groupe Etat islamique, a indiqué mercredi un porte-parole du Pentagone.

Le précédent chiffre communiqué par le Pentagone était de 3.500 soldats. Ceux-ci forment, conseillent et assistent les troupes irakiennes, mais ne participent pas directement aux combats contre les jihadistes.

La réévaluation fait suite notamment à la décision à l'automne de l'administration américaine de renforcer ses opérations spéciales en Irak et en Syrie.

Jusqu'à 50 soldats des forces spéciales se trouvent en ce moment dans l'Est de la Syrie pour faire le contact entre la coalition et des groupes armés locaux, et préparer une future offensive contre Raqa, le bastion du groupe Etat islamique.

Ces soldats ont besoin d'autres militaires pour les soutenir, qui sont déployés en Irak, ont expliqué les responsables américains.

Par ailleurs, Washington a déployé ces dernières semaines dans le nord de l'Irak une nouvelle unité de forces spéciales pour participer à des raids destinés à capturer ou tuer des chefs du groupe Etat islamique.

Ces forces spéciales, et les militaires les soutenant, représentent environ 200 hommes, selon les responsables militaires américains.

L'augmentation des effectifs américains en Irak n'est probablement pas terminée.

Le secrétaire à la Défense Ashton Carter ne cesse de répéter que Washington "veut en faire plus" contre le groupe Etat islamique.

Selon des responsables américains, l'administration pourrait notamment envoyer plus de soldats pour accélérer la formation de nouvelles unités, en vue d'une offensive sur Mossoul, la deuxième ville d'Irak tenue par les jihadistes depuis juin 2014.

Mais les projets de renforcement de la présence américaine en Irak suscitent l'hostilité des milices chiites, et le feu vert du gouvernement de Bagdad n'est pas acquis.

Les ministres de la Défense des 26 pays participant militairement à la coalition, et le gouvernement irakien, ont rendez-vous le 11 février à Bruxelles pour examiner comment le combat contre les jihadistes va pouvoir être intensifié.

Mercredi, un porte-parole militaire de la coalition à Bagdad, le colonel Steven Warren, a par ailleurs précisé que le nombre réel de soldats américains effectivement présents en Irak à un moment donné dépassait en réalité de "plusieurs centaines" le plafond théorique des 3.870.

Lorsque des unités sont relevées, les nouveaux arrivants et et les partants passent un peu de temps ensemble pour se passer les commandes, a-t-il expliqué.

Les déploiements inférieurs à 120 jours ne sont pas non plus pris en compte par ce plafond, a-t-il expliqué.

wat-lby/bdx