NOUVELLES
03/02/2016 11:57 EST | Actualisé 03/02/2017 00:12 EST

Venezuela : au marché noir, un dollar vaut... 1.000 bolivars

Le dollar au marché noir au Venezuela a dépassé mercredi la barre symbolique des 1.000 bolivars par unité, presque 160 fois le taux officiel le plus bas, dans ce pays soumis à un contrôle des changes depuis 2003.

Selon le site dolartoday.com, référence pour connaître le taux sur le marché parallèle, le dollar s'échange désormais contre 1.003 bolivars, alors que le pays souffre d'une inflation parmi les plus élevées au monde (141,5% sur un an en septembre).

En février 2014, il s'échangeait à seulement 80 bolivars sur le marché noir, soit un bond de 1.150% en un an.

Les économistes expliquent l'existence d'un marché parallèle de change par la pénurie de devises depuis la mise en place d'un contrôle des changes en 2003. Actuellement, le pays compte officiellement trois taux de change officiels, selon le type de produit, le plus bas taux étant de 6,3 bolivars par dollar.

"Il y a un groupe minuscule (de personnes, celles qui ont accès aux dollars, ndlr) qui a 160 fois le pouvoir d'achat, en devises et en marchandises, de la grande majorité des 30 millions de Vénézuéliens qui souffrent des pénuries, avec des files d'attente et de l'inflation", explique à l'AFP l'économiste Angel García Banchs.

Le manque de devises empêche les entreprise vénézuéliennes d'importer, générant de graves pénuries dans les supermarchés.

Le Venezuela, qui compte les plus importantes réserves de pétrole au monde, est actuellement plongé dans une crise économique en raison de la chute des cours du brut, qui fournit habituellement 96% de ses devises.

Le mécontentement populaire généré par cette crise a largement profité à l'opposition, qui a remporté le 6 décembre une victoire historique aux élections législatives et contrôle désormais le Parlement.

Mais ce changement de majorité a mené à une paralysie politique, entre un Parlement d'opposition et un gouvernement toujours conduit par le président socialiste Nicolas Maduro, les deux camps s'opposant au quotidien sur la politique à adopter.

mis/axm/ka/cls