NOUVELLES
03/02/2016 18:28 EST | Actualisé 03/02/2017 00:12 EST

Michel Therrien reconnaît que ce sera difficile de participer aux séries

MONTRÉAL — Le Canadien est en chute libre depuis deux mois, et le constat semble maintenant clair même derrière le banc de l'équipe quant aux chances qu'elle participe à la grande valse du printemps.

En fait, Michel Therrien n'a eu besoin que de 14 mots pour résumer la gravité de la situation alors qu'il ne reste plus que 30 matchs, et environ deux mois, avant la fin de la saison régulière.

«On est très conscient que ça va être très difficile de faire les séries», a affirmé Therrien sans détour, lorsqu'un journaliste lui a demandé si l'équipe continuait de croire en ses chances.

À la suite de cet autre revers, la formation montréalaise affiche un dossier de 24-24-4 pour 52 points en 52 matchs. Elle a glissé au 13e rang puisqu'elle a joué un match de plus que les Sénateurs d'Ottawa, qui totalisent le même nombre de points. Même les Maple Leafs de Toronto ne sont pas si loin du Canadien, puisqu'ils comptent 45 points avec trois rencontres en banque.

Et si les joueurs du Tricolore regardent devant eux plutôt que derrière, ils verront qu'ils accusent un recul de six points sur les Bruins de Boston et de cinq sur les Penguins de Pittsburgh, qui occupent les deux dernières positions disponibles en vue d'une qualification aux séries éliminatoires. De plus, les Bruins et les Penguins ont joué deux et trois matchs de moins, respectivement, que le Canadien.

Par ailleurs, le pessimisme dans l'entourage de l'équipe est peut-être accentué par des images qui ont circulé sur le site internet de RDS plus tôt en journée.

Pendant quelques minutes mercredi matin, une caméra a suivi Carey Price patinant sans équipement, pour une énième journée d'affilée en compagnie du thérapeute sportif Graham Rynbend. Or, il semblait évident que le précieux gardien du Tricolore n'était pas à l'aise.

Toutefois, Therrien n'avait aucune mise à jour à annoncer au sujet de Price, se contentant de dire que rien n'avait changé depuis les dernières nouvelles annoncées par le directeur général Marc Bergevin il y a environ deux semaines.

Price n'a disputé que 12 rencontres cette saison et n'a pas joué depuis la deuxième période du match du 25 novembre face aux Rangers, à New York.

À l'origine, à la fin de novembre, le Canadien avait parlé d'une absence minimale de six semaines, mais au début de janvier, Therrien avait repoussé l'échéancier au retour du match des étoiles, au plus tôt.

Mais c'était avant que Bergevin n'annonce aux journalistes, le 21 janvier dernier, que Price demeurerait à l'écart pendant trois ou quatre autres semaines, donc pas avant le 12 février au plus tôt.

Dans son point de presse, Therrien s'est fait beaucoup plus limpide lorsqu'est venu le temps d'expliquer les causes de cette autre défaite. Il s'est attaqué à des éléments de sa brigade défensive, qu'il n'a pas identifiés. Mais c'est clair qu'il visait, entre autres, Jeff Petry et Alexei Emelin, tous deux fautifs sur le premier but du match, notamment.

«On a eu des occasions où on aurait pu marquer ce troisième but. Encore une fois, on était en bonne position pour gagner, mais si tu es incapable de défendre autour du filet, tu n'as aucune chance. Sur le troisième but, on ne défend pas. Sur le premier but que nous avons donné, il y a eu une mauvaise réaction encore du défenseur. Tu n'as pas de chances de gagner dans ce temps-là», a tranché l'entraîneur-chef du Tricolore.