NOUVELLES
03/02/2016 18:46 EST | Actualisé 03/02/2017 00:12 EST

Le pétrole continue de monter en Asie

Les cours du pétrole continuaient de grimper jeudi en Asie, revigorés par l'affaiblissement du dollar et de nouvelles spéculations sur une éventuelle réduction de la production de l'Opep.

Dans les échanges électroniques en Asie, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en mars gagnait 36 cents à 32,64 dollars, vers 03H00 GMT.

Le baril de Brent de la mer du Nord, la référence européenne du brut, pour livraison en avril, s'appréciait quant à lui de 29 cents, à 35,33 dollars.

Les marchés choisissaient apparemment d'ignorer les données américaines témoignant d'une augmentation des stocks, mais les analystes prévenaient que le rebond serait de courte durée tant le marché est inondé par l'or noir.

Les statistiques hebdomadaires du ministère américain de l'Energie (DoE) ont fait état d'une augmentation des stocks de brut bien plus forte que prévu, pour s'inscrire au plus haut depuis 1930 : elles ont progressé de 7,8 millions de barils pour atteindre 502,7 millions de barils, alors que les experts interrogés par l'agence Bloomberg tablaient en moyenne sur une augmentation de quatre millions de barils.

Selon Daniel Ang, analyste chez Phillip Futures à Singapour, les cours remontent sous l'effet des achats à bon compte des investisseurs également encouragés par l'affaiblissement du billet vert.

L'or noir est libellé en dollars et tout recul de la devise américaine favorise les acheteurs munis d'autres monnaies.

D'autres analystes estiment que la remontée s'explique aussi par les espoirs de voir l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) limiter sa production, rumeurs alimentées par l'Equateur, l'un des pays les plus pauvres du cartel, qui a évoqué une réunion spéciale de l'Opep dans le courant du mois.

Quoi qu'il en soit, la tendance ne va pas durer, a prédit M. Ang.

"Les producteurs qui subissent très durement la chute des cours évoquent une limitation de la production. Mais les pays qui ont le véritable pouvoir ne disent rien. Il faut attendre de voir du concret, pas simplement des rumeurs".

Les cours avaient déjà rebondi la semaine dernière sur le fondement de rumeurs de concertation entre la Russie et l'Opep pour limiter la production.

Mercredi à la clôture, le WTI a gagné 2,40 dollars à 32,28 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), soit une hausse de plus de 8% en une seule séance.

A Londres, le Brent pour livraison en avril a gagné à 2,32 dollars à 35,04 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

mba/ev/gkg

INTERCONTINENTALEXCHANGE GROUP