NOUVELLES
03/02/2016 07:59 EST | Actualisé 03/02/2017 00:12 EST

Le Hamas enterre deux membres de sa branche armée tués dans un tunnel

Le Hamas au pouvoir dans la bande de Gaza a enterré mercredi deux membres de sa branche armée tués dans l'effondrement d'un tunnel, alors qu'Israël s'alarme du danger d'incursions souterraines hostiles sur son territoire, ont constaté les journalistes de l'AFP.

Le mouvement islamiste qui dirige sans partage la bande de Gaza a indiqué que les deux hommes tués mardi dans l'effondrement d'un tunnel appartenaient à sa branche armée, les brigades Ezzedine al-Qassam.

Des centaines d'hommes, dont beaucoup encagoulés et en armes, ont pris part aux funérailles des deux hommes.

Le chef du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a qualifié les deux hommes de "martyrs des tunnels" lors de ces funérailles. Il a salué "ceux qui travaillent en silence sous terre pour que nous vivions dans la dignité sur terre".

Sept membres des brigades Ezzedine al-Qassam sont déjà morts la semaine passée lors de l'éboulement d'un autre tunnel. Ces évènements ont ravivé l'inquiétude en Israël devant la menace posée par les tunnels qui ont servi par le passé à attaquer le territoire israélien et dont la destruction était l'un des objectifs primordiaux de la guerre de Gaza en juillet-août 2014.

Les préoccupations israéliennes ont été renforcées par les propos tenus vendredi par M. Haniyeh lors des funérailles des sept hommes.

M. Haniyeh avait dit que les groupes armés palestiniens construisaient de nouveaux tunnels dans l'enclave hermétiquement close par le blocus israélien et la zone-tampon égyptienne et qu'il était prêt à une nouvelle guerre.

Un haut responsable du Hamas, Mahmoud Zahar, a cependant atténué quelque peu la rhétorique mercredi sur le site du Hamas en réfutant des propos que lui avaient attribués selon lui les médias palestiniens et selon lesquels les tunnels débouchaient en Israël.

"Les tunnels de la résistance sont des tunnels défensifs destinés à protéger notre peuple contre toute agression israélienne", a-t-il dit.

sa-hj/lal/vl