NOUVELLES
03/02/2016 12:38 EST | Actualisé 03/02/2017 00:12 EST

L'incertitude domine Wall Street, qui fait le grand écart

Wall Street a fini de façon dispersée mercredi une séance pendant laquelle elle a beaucoup hésité face à une actualité difficile à cerner, entre statistiques mitigées et regain du pétrole: le Dow Jones a pris 1,13% mais le Nasdaq a perdu 0,28%.

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average a gagné 183,12 points à 16.336,66 points, alors que le Nasdaq, à dominante technologique, a cédé 12,71 points à 4.504,24 points.

Particulièrement surveillé par les investisseurs, l'indice élargi S&P 500 a avancé de 0,50% à 1.912,53 points.

Après une ouverture dans le vert, les indices se sont vite repliés, mais ils se sont brusquement redressés dans les deux dernières heures d'échanges, en premier lieu le Dow Jones.

"L'élément dominant de la séance, c'était ce tournant", a reconnu Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management. "Le marché est rempli de contre-courants".

Le Nasdaq est cependant resté à la traîne, plombé par de grands noms des technologies comme Amazon (-3,81% à 531,07 dollars) et Alphabet, maison mère de Google (-4,04% à 749,38 dollars) qui, au passage, a redonné au groupe informatique Apple (+1,98% à 96,35 dollars) le titre de plus grosse capitalisation boursière mondiale après l'avoir occupé de façon éphémère la veille à la suite d'excellents résultats.

Parmi les éléments du soutien de mercredi: les cours du pétrole, dont une rechute sous 30 dollars le baril avait plombé Wall Street en début de semaine, ont rebondi malgré l'annonce de réserves américaines à un niveau sas précédent.

"Ces chiffres n'étaient pas très enthousiasmants mais tout le monde voulait repasser à l'achat, donc on assiste à une belle hausse des cours pétroliers", a remarqué M. Blicksilver.

Ce regain du marché pétrolier, de près de 2,5 dollar le baril à New York, a fait partie des "trois facteurs positifs" du jour, selon Art Hogan, de Wunderlich Securities.

Il citait aussi des chiffres favorables sur l'emploi du groupe privé ADP, qui sont de bon augure à l'avant-veille de statistiques officielles du gouvernement américain sur le sujet, et des propos de William Dudley, responsable de la Réserve fédérale (Fed), qui ont laissé espérer au marché que la banque centrale ne s'empresserait pas de poursuivre le retrait de son soutien à l'économie en 2016.

D'un autre côté, "on a pris connaissance d'un indice sur l'activité dans les services (...) qui a relancé les inquiétudes sur un ralentissement de cette part importante de l'économie américaine", a nuancé M. Hogan.

Selon cet indice, publié mercredi par l'association professionnelle ISM, l'activité dans les services aux Etats-Unis a en effet ralenti davantage que prévu en janvier.

Après avoir lui aussi hésité, le marché obligataire reculait. Vers 21H20 GMT, le rendement des bons du Trésor à dix ans montait à 1,880% contre 1,860% mardi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,709% contre 2,670% précédemment.

jdy/jld/elm

AMAZON.COM

APPLE INC.

GOOGLE