NOUVELLES
03/02/2016 08:23 EST | Actualisé 03/02/2017 00:12 EST

ABB fournira des stations électriques pour le pompage de l'oléoduc Énergie Est

MONTRÉAL — TransCanada (TSX, NYSE: TRP) lance une opération de grande séduction dans l'espoir de voir son projet d'oléoduc Énergie Est atteindre un seuil d'acceptabilité sociale au Québec qui lui permettra d'aller de l'avant.

L'entreprise de transport pétrolier a annoncé mercredi, en présence de nombreux représentants du milieu des affaires, la conclusion d'une entente par laquelle la firme ABB fournira au moins 22 bâtiments d'alimentation électrique pour les stations de pompage situées le long de l'oléoduc.

L'annonce vise notamment à répondre à l'un des plus importants reproches qui a été fait à TransCanada, tant par le gouvernement du Québec que par la Communauté métropolitaine de Montréal, soit l'absence de retombées économiques significatives.

En vertu de cette entente, ABB créera 120 emplois directs et 90 emplois indirects dans une nouvelle installation de production dans la grande région de Montréal si, bien sûr, le projet de TransCanada est approuvé par les autorités réglementaires.

ABB se dit par ailleurs persuadé de voir ces emplois — destinés à la réalisation de ce contrat — devenir permanents, estimant qu'il y aura une demande pour ce type de bâtiment à plus long terme, notamment pour le développement du Plan Nord.

Les bâtiments électriques qu'ABB devra livrer sont des modules préfabriqués abritant le matériel électrique et d’automatisation nécessaire à l’alimentation électrique des stations de pompage, conçus pour durer plus de 30 ans tout en résistant aux conditions extrêmes de froid et de neige.

En procédant à l'annonce, les dirigeants de TransCanada ont répété à maintes reprises avoir entendu les critiques exprimées à l'endroit du projet d'oléoduc et ont reconnu la nécessité d'être davantage à l'écoute de ces préoccupations, qu'ils ont qualifiées de légitimes.

Ils ont promis de travailler plus étroitement avec les services d'incendie, les services d'urgence, les propriétaires de terres, les élus et les Premières Nations afin de créer des liens à long terme fondés sur la confiance.

TransCanada insiste par ailleurs sur le fait que les oléoducs représentent, selon ses promoteurs, le moyen le plus sûr de transporter des hydrocarbures et le moins dommageable en termes de production de gaz à effet de serre comparativement aux trains et aux camions-citernes.

Les promoteurs du projet soutiennent que sa réalisation créera plus de 3000 emplois au Québec au cours des neuf ans de planification et de construction de l’oléoduc et que la construction générera près d'un milliard $ en revenus fiscaux pour la province, en plus d'ajouter 1,2 milliard $ de recettes fiscales par la suite pour les 20 premières années d’exploitation.