NOUVELLES
02/02/2016 07:29 EST | Actualisé 02/02/2016 07:30 EST

Un propriétaire de magasin à Edmonton affirme avoir une politique « antivoile »

CBC

Le propriétaire d'un magasin de souliers à Edmonton cite une politique « antivoile » pour expliquer son refus de servir une jeune femme musulmane qui portait un niqab.

Ryan Vale dit que sa politique s'applique à toute personne recouvrant son visage et n'est pas en lien avec la religion. « Ça n'a rien à voir avec la race, » dit-il. « Le règlement serait le même pour une personne blanche. »

« C'est une question de sécurité, pour prévenir le vol à l'étalage et pour identifier un malfaiteur. »

— Ryan Vale, propriétaire d'un magasin à Edmonton

Le propriétaire a refusé de réparer une chaussure appartenant à Sarii Ghaleb le 27 janvier. Il a ensuite refusé d'accepter une lettre écrite par la femme de 19 ans expliquant les raisons qui la motivent à porter son habit traditionnel.

Un recours possible contre la discrimination

Un avocat avec la firme Field Law de Calgary, Frank Molna, croit que la jeune femme pourrait déposer une plainte devant la Commission des droits de la personne de l'Alberta si elle le désire.

Il souligne que l'article 4 de la Loi sur les droits de la personne de l'Alberta interdit la discrimination en lien, entre autres, avec les croyances religieuses. « Je ne pense pas que le propriétaire a un argument solide, puisqu'il n'avait aucunement besoin de l'identifier, » dit-il.

Sarii Ghaleb soutient qu'elle ne veut pas créer de conflit avec l'homme, mais qu'elle cherchait seulement à l'éduquer sur sa religion.

VOIR AUSSI:

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Types de voile et styles de Hijab Voyez les images